Heurts à N’Zérékoré : Dr Faya accuse le pouvoir et demande à la population de ne pas céder à la provocation

0
602
Après le double scrutin du dimanche 22 mars, qui a été marqué par de violents heurts à N’Zérékoré, principale ville de la Guinée forestière, la psychose gagne de plus en plus la cité et les acteurs sociopolitiques ne tardent pas à réagir pour appeler à l’apaisement.

Dans un entretien téléphonique accordé à votre quotidien en ligne, Dr Faya Millimono, président du Bloc Libéral (BL), accuse le pouvoir d’attiser le feu et invite les populations de N’Zérékoré à ne pas céder à la désunion et à la provocation.

En effet, selon notre correspondant à N’Zérékoré, ces heurts ont fait 3 morts et causé des destructions de lieux de cultes.

Pour le leader du BL, après ce qu’il appelle l’échec enregistré lors du scrutin du 22 mars par le président Alpha et « ses acolytes », ces derniers, estime-t-il, sont à la manœuvre pour créer des affrontements et des foyers de tension.

 « Le cas de N’Zérékoré est un exemple. On sait que les populations forestières sont mixtes. Il y a des Kpèlè, des Tomas, des Manons, des Konons, des Kissis, qui sont à majorité chrétiens. Il y a les Malinkés et les Konians qui sont à majorité musulmans. Mettre le feu aux Eglises à N’Zérékoré, c’est essayer clairement de provoquer un affrontement. Il y a une chose dont Dieu a béni la Guinée. En plus de toutes les richesses dont on parle, scandale géologique et agricole, etc, la première richesse et la plus importante ce sont les hommes. Les ethnies de ce pays ne sont pas les ennemis les uns des autres. Les pratiquants de la foi chrétienne et musulmane pratiquent une foi, pas extrémiste, mais une foi de tolérance mutuelle. C’est ce qui en fait, constitue les atouts de la bénédiction que Dieu a faite à ce pays », a expliqué Dr Faya Millimono qui déplore ces violences.

A cet effet, il a lancé un appel à tous les frères et compatriotes du Sud du pays de ne pas céder à la provocation. «Car céder à la provocation, c’est s’exposer à la machine de tuerie d’Alpha Condé et de ses acolytes », a-t-il mentionné.

Pour le leader du BL, Alpha Condé et ceux qu’il appelle ses acolytes, cherchent clairement à détourner l’attention de l’opinion nationale et internationale vers une distraction pour que les gens oublient son projet de changement constitutionnel et de présidence à vie.

 « La tentative se fait partout. C’est le cas à N’Zérékoré. Et c’est pour cette raison que nous invitons nos compatriotes du Sud à ne pas céder à la désunion et à la provocation. Car céder à la provocation, c’est mettre le tissu social de ce pays en lambeau et c’est déstabiliser toute la région ouest-africaine », estime-t-il.

Selon l’opposant au régime Condé, en Haute Guinée, tous ceux qui ont été au centre de vote, qui avaient envie de voter non et qui n’ont pas voté, parce qu’on leur a dit que le bulletin non n’existe plus, ont été menacés. « Cela nous a été rapporté », a affirmé Dr Faya qui met en garde Alpha Condé et « ses acolytes », tout en appelant à tous les compatriotes à ne pas céder à la division. Car, a-t-il insisté, divisés, les Guinéens deviennent faibles.

 « Nous mettons clairement en garde Monsieur Alpha Condé. Il a tenté depuis dix ans de créer la division entre la communauté Peule et les autres communautés guinéennes sans succès. Aujourd’hui, il veut mélanger tout le monde. Il ne faut pas lui en donner l’occasion, il est à la porte de sortie, poussons-le à la sortie, mais ne brûlons pas notre pays », a lancé le président du BL.

Faut-il rappeler, la capitale de la région forestière est depuis plusieurs années l’épicentre des affrontements intercommunautaires. Les précédents cas se sont toujours soldés par plusieurs dizaines de morts, des blessés graves et d’importants dégâts matériels.