Hôtellerie : la Guinée compte 520 structures d’hébergement fonctionnelles (ministre)

0
143

Interrompu depuis le 14 août dernier, le passage hebdomadaire des membres du gouvernement devant la presse a repris ce lundi 2 décembre. Et c’est le ministre d’Etat, ministre de l’Hôtellerie, du Tourisme et de l’Artisanat qui s’est prêté à cet exercice en présence de nombre de ses collègues du gouvernement, en plus de nombreux invités.

Dans son exposé introductif, Thierno Ousmane Diallo a tout d’abord décliné les attributions du département dont il a charge. Des attributs qui reposent entre autres sur la conception, l’élaboration, la promotion et la mise en œuvre de la politique du gouvernement dans les domaines de l’Hôtellerie, du Tourisme et de l’Artisanat.

Au titre des potentialités du pays, le conférencier a indiqué que sur le plan touristique, la Guinée apparait comme un concentré du continent africain en un seul pays avec ses 4 régions naturelles auxquelles correspondant des types de reliefs, de climats, de faunes et de flores bien distincts.

« Synthèse de l’Afrique de l’ouest, Terre promise de cette partie de l’Afrique, Château d’eau de l’Afrique occidentale, Scandale géologique. Tous ces superlatifs désignent une seule et même réalité : la République de Guinée. Sa diversité biologique est importante et elle recèle des valeurs esthétiques appréciables, des beautés naturelles diverses et variées constituées de plages magnifiques, de parcs naturels, de forêts denses exotiques ou sacrées, d’aquariums naturels et de source thermale, d’espèces animales spécifiques et des massifs montagneux cours d’eau coupés de gorges et de rapides », a égrené le ministre d’Etat.

Parlant du secteur hôtelier, l’orateur a laissé entendre que la Guinée dénombre à date 520 structures d’hébergement fonctionnelles toutes catégories confondues réparties entre Conakry les chefs-lieux de régions administratives de l’arrière-pays.

« A la faveur de l’avènement de la 3ème République, des changements notoires ont été observés dans la construction des infrastructures d’hébergement favorisés par un bon climat de partenariat public-privé. (…). A cet égard, la comparaison entre les différentes Républiques qui se sont succédé depuis l’accession de notre pays à l’indépendance est assez révélatrice des efforts consentis par la 3ème en matière de construction hôtelière », s’est-il félicité et de conclure : « Conakry n’a rien à envier de Dakar du point de vue catégorisation des hôtels et en termes d’hôtels de luxe. Et comme le disent les ivoiriens, il n’y a pas match. »