Humanitaire : Aïcha Traoré, la 2ème dauphine Miss Guinée-Canada au secours de l’hôpital SOS Drépano-Guinée

0
219

La deuxième dauphine Miss Guinée-Canada, Aïcha Traoré a procédé ce vendredi 3 janvier 2020 à la remise d’une enveloppe de trente millions de francs guinéens, soit trois mille dollars US à l’hôpital SOS Drépano-Guinée, sis à Nongo, dans la commune de Ratoma, a-t-on constaté sur place.

Juste après avoir reçu l’enveloppe, Dr Mamadi Dramé, Directeur du Centre Médical SOS Drépano-Guinée exprimé toute sa joie pour le geste et sa gratitude à l’endroit de la généreuse donatrice. « J’ai un sentiment de joie et de bonheur non seulement pour les drépanocytaires mais aussi pour leurs familles ainsi que pour nous, le personnel soignant. Notre centre est tout nouveau en matière d’infrastructures, mais il existe depuis 2008. Nous avons plus de 2 500 drépanocytaires avec une moyenne annuelle de mille patients qui viennent se faire consulter soit en soin ordinaire, soit en urgence ou encore pour des conseils et informations », a-t-il déclaré à la presse.

Poursuivant, Dr. Mamadi Dramé a invité d’autres structures à emboiter le pas à Aïcha Traoré, la donatrice afin que son Centre Médical SOS Drepano-Guinée puisse fonctionner à plein temps.  « Nous fonctionnons sur le mode hôpital du jour. C’est-à-dire, du lundi au vendredi, de 8 heures 30 à 16h 30. Le samedi et les jours fériés, de 9 heures à 14 heures. Nous ne travaillons que pendant la journée parce que nous n’avons pas les moyens pour financer le recrutement et la rémunération du personnel pour fonctionner 24 heures sur 24. Pourtant, les crises ne choisissent ni heure ni jour. Nous souhaitons, un jour, bénéficié d’un appui financier pour nous permettre de fonctionner 24 heures sur 24 », a-t-il sollicité.

Porteuse de la maladie drépanocytose, la deuxième dauphine Miss Guinée-Canada, Aïcha Traoré a fait savoir qu’elle tenait à cœur de s’engager dans la lutte contre cette maladie. « Ayant la chance de bénéficier des meilleurs soins possibles au Canada, j’ai décidé de m’investir dans la lutte contre cette maladie pour que mes compatriotes guinéens puissent, à leur tour, recevoir les soins appropriés. C’est pourquoi dès mon élection en tant que deuxième dauphine Miss Guinée-Canada 2019, j’ai immédiatement entrepris la réalisation de mon projet portant sur la drépanocytose avec la fondation que j’ai créée et qui porte le nom : ‘’Uni contre l’Anémie’’. L’objectif principal de cette fondation est d’aider mes compatriotes guinéens atteints de la drépanocytose à bénéficier des meilleurs soins possibles à travers l’appui apporté au centre SOS Drepano en Guinée », a-t-elle expliqué.

C’est dans cette perspective que la miss Aïcha Traoré a organisé le 7 décembre 2019 dernier en collaboration avec le Comité Miss Guinée- Canada et le Resto Bled Louge à Montréal une soirée de levée de fonds sous forme d’un super bénéfice. « C’est avec une grande joie que j’annonce que nous avons pu récolter lors de cette levée de fonds trente millions de francs guinéens soit trois mille dollars US », a-t-elle indiqué tout en remerciant vivement le Comité Miss Guinée-Canada et le propriétaire du restaurant Bled Louge qui ont cru en elle et dans son projet.

D’après Aïcha Traoré, depuis 10 ans, l’hôpital SOS Drepano-Guinée opère sans appui gouvernemental et fonctionne grâce à l’aide de quelques Organisations Non-Gouvernementales (ONG) généreuses. « La drépanocytose étant la maladie génétique la plus rependue au monde et qui touche en majorité le continent africain dont des milliers de personnes en Guinée. Je suis émue par le travail qu’accomplit cet hôpital et qui est d’ailleurs le seul dans tout le pays à prendre en charge des personnes atteintes de cette maladie », a-t-elle déploré.

Dans la même logique, Aïcha Traoré a affirmé qu’ils sont des milliers de Guinéens qui souffrent de la maladie drépanocytose. C’est pourquoi, elle entend créer des relations institutionnelles entre l’hôpital dans lequel elle a été traitée au Canada et celui qui se trouve ici en Guinée pour qu’ils puissent y avoir des échanges d’expériences entre eux afin d’appuyer l’hôpital Drepano-Guinée.

Prenant la parole, Dr. Bachir Kanté, conseiller chargé de mission au ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique a rappelé que la drépanocytose ne date pas d’aujourd’hui. « Elle était traitée au niveau de nos structures sanitaires. Aujourd’hui que nous ayons un centre dédié à la maladie, c’est une aubaine qui ne fait que commencer. Ce don que nous avons reçu aujourd’hui, témoigne que les gens qui en souffrent dans d’autres pays voient la différence dans le cadre de la prise en charge des personnes atteintes de la maladie. Par ailleurs, des personnes atteintes de la maladie sont prise en charge à 100% et tel n’est pas le cas chez nous. Le traitement est assez couteux. »