Humanitaire : en Guinée, AEVA est désormais là pour les victimes d’accidents

0
1446

En Guinée, il existe désormais AEVA (Assurance d’Espoir de  vie aux victimes des Accidents en Guinée ), une ONG humanitaire de secourisme et d’assistance des  victimes d’accidents en Guinée. Au-delà de secourir et d’assister les accidentés, AEVA-Guinée fait de la prévention.

Pourquoi AEVA-Guinée ?

AEVA-Guinée est créée en août 2018 à l’initiative  de Kokoly Goumou, un jeune ingénieur télécom, et du journaliste Tokpanan Doré. Comme bon nombre de leurs compatriotes, ils ont profondément choqués par la situation lamentable de la plupart des accidentés en Guinée. Faute de secourisme et de premiers soins, des milliers de victimes souffrent atrocement de leurs blessures et beaucoup d’entre elles finissent par malheureusement succomber. Cette situation lamentable résulte d’un déficit de professionnels de la santé, un manque de service public exclusivement dédié à la pré-hospitalisation, l’insuffisance des structures de santé et des matériels médicaux, une absence de couverture des soins de santé…

Pourtant, en Guinée, les accidents de la circulation sont courants à cause du non respect des règles de la sécurité routière, le mauvais état du réseau routier et des véhicules, l’incompétence et l’imprudence des chauffeurs…  Selon des chiffres de la police, en 2017, pas moins de 3731 accidents ont coûté la vie à 252 personnes alors que 980 autres personnes ont été grièvement blessées.

En plus des victimes des accidents de la circulation routière, il y a aussi les nombreuses victimes des accidents de travail, d’accidents de la vie courante, d’accidents sportifs, d’accidents de chasse… Qui sont, dans la plupart des cas, abandonnées à eux-mêmes ou à leurs uniques parents.

Partant de ce constat, les deux jeunes guinéens ont alors décidé de s’entourer de personnes motivées,  dynamiques, sensibilisées au problème de la sécurité routière. Ces personnes sont de par leur formation des juristes, médecins, psychologues, communicants, journalistes, économistes, assureurs. Avec ces personnes de différentes formations et de différentes professions, Kokoly Goumou et Tokpanan Doré ont pu mettre en place AEVA-Guinée en vue de secourir le plus vite que possible des vies en danger.

Dans un pays où on parle peu d’assurance maladie, AEVA-Guinée ne se limite pas aux premiers soins. Elle accompagne certains accidentés – les démunis – dans leur traitement. Au-delà des premiers soins et de l’accompagnement des accidentés, AEVA-Guinée va jusqu’à mettre des juristes ( conseillers juridiques ou avocats) à la disposition des victimes désirant être rétablis dans leurs droits par les juridictions du pays.

 Qui sont les victimes ciblées par AEVA-Guinée ?

Les victimes d’accidents de la circulation routière : Les accidents de la route sont des accidents qui ont  lieu sur le réseau routier entre un engin roulant (automobile, moto, vélo, etc.) et toute autre chose ou personne et qui engendrent des morts, des blessures humaines et/ou des dégâts matériels. De nombreux facteurs contribuent aux risques de collision tel que le type de véhicule, la vitesse de circulation, l’environnement routier, l’expérience du conducteur mais aussi son comportement et son état physique. Sont victimes des accidents de la circulation routière :

        –  Les conducteurs ;

        –  Les passagers ;

        –  Les motocyclistes et cyclistes ;

        –  Les piétons.

 Les victimes d’accident de travail : Il y a plusieurs définitions sur l’accident de travail, mais nous retenons celle-ci : « Est considéré comme un accident du travail, quelle qu’en soit la cause, l’accident survenu par le fait ou à l’occasion du travail à toute personne salariée ou travaillant, à quelque titre que ce soit ou en quelque lieu que ce soit pour un ou plusieurs employeurs ou chefs d’entreprise.» Partant de cette définition, tout employé de quelque entreprise qu’elle soit peut bénéficier des actions d’AEVA-Guinée. AEVA-Guinée élargit son champ d’intervention aux personnes exerçant des professions libérales ou pour leur propre compte.

Les victimes d’accident de la vie courante : Les accidents de la vie courante représentent une des causes de mortalité les plus importantes en Guinée. Ces accidentsdésignent des événements violents atteignant des personnes à l’exception des agressions, suicides, accidents de la circulation et accidents du travail. Les accidents de la vie courante comprennent les accidents domestiques, les accidents survenus à l’extérieur (magasin, trottoir, etc.), les accidents scolaires, les accidents de sport, les accidents de vacances et de loisirs.

Les victimes d’accidents sportifs : Qu’ils soient des occasionnels ou professionnels, les sportifs sont souvent victimes d’accidents. Alertée, AEVA-Guinée intervient pour alléger la souffrance des victimes et de le conduire vers le service approprié.

Les victimes des accidents de chasse :  Lors d’une  chasse, un chasseur peut louper sa cible pour blesser ou tuer un autre chasseur ou toute autre personne. AEVA-Guinée peut intervenir pour tenter de sauver les blessés.

Les victimes de chutes : Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS),  on entend par chute « un événement à l’issue duquel une personne se retrouve, par inadvertance, sur le sol ou toute autre surface située à un niveau inférieur à celui où elle se trouvait précédemment. Les traumatismes dus aux chutes peuvent être mortels, même si, le plus souvent, ce n’est pas le cas. AEVA-Guinée s’occupe aussi des victimes de ces cas.»

Les victimes d’agression : Si la police intervient pour sauver les agressés des agresseurs, AEVA-Guinée intervient pour apporter les  premiers soins aux personnes blessées lors des agressions.

Comment intervient AEVA-Guinée ?

Ø  Suite à une alerte ou à un constat, une équipe d’AEVA-Guinée se rend sur le lieu de l’accident pour secourir les victimes ou pour épauler d’autres services de secours à secourir les victimes. Selon les cas, les agents d’AEVA-Guinée peuvent se rendre sur les lieux de l’accident avec une ambulance médicalisée. En général, l’ONG intervient toujours avec une ambulance, un brancard et des médicaments.

Ø  Dans les zones défavorisées du pays, AEVA-Guinée œuvre pour la construction de centres de santé devant avoir pour priorité de prendre soin des accidentés. Objectif : approcher les actions de l’ONG aux populations défavorisées.

Ø  Après leur avoir administré les premiers soins sur place, AEVA-Guinée transporte ou dirige les accidentés vers les services appropriés.

Ø  Au-delà de secourir les victimes, AEVA-Guinée organise au moins 12 fois par an des campagnes de sensibilisation sur la sécurité routière, sensibilise les populations à travers les médias, forme les médecins pour minimiser les accidents médicaux, sensibilise les chasseurs aux accidents de la chasse…

Quels sont les principes d’AEVA-Guinée ?

En tant qu’une ONG humanitaire, AEVA-Guinée agit dans le respect des quatre grands principes suivant :

–          Humanité :  Nous nous efforçons de prévenir et d’alléger en toutes circonstances  les souffrances des hommes dans notre pays.

–          Impartialité :  Nous ne faisons aucune distinction de nationalité, de race, de religion, de condition sociale ou d’appartenance politique dans les choix personnes à qui nous apportons notre aide.  Nous nous appliquons seulement  à secourir les individus à la mesure de leur souffrance et à subvenir par priorité aux détresses les plus urgentes.

–          Neutralité : Sur le lieu de  l’accident, nous nous abstenons de prendre partie et nous nous limitons à apporter de secourir les accidentés.

–          Indépendance :  Notre aide ne poursuit aucune finalité politique, économique, militaire ou autres. Notre seul objectif, le soulagement et la prévention des souffrances des populations.

Qui finance les actions d’AEVA-Guinée ?

Les ressources d’AEVA-Guinée viennent des cotisations de ses membres, des dons, legs, subvention et toutes autres ressources dont les origines ne sont pas contraires à la législation en vigueur en République de Guinée.

Qui travaillent pour AEVA-Guinée ?

Les membres (hormis les membres d’honneur) d’AEVA-Guinée, le personnel employé par AEVA-Guinée, les volontaires et les bénévoles.

Nos contacts :

Tel : 623 63 38 00/ 623 64 70 81

Email : ongaeva.yoroguiaguinee@gmail.com