Ibrahima Bangoura de l’UFR : « il faudrait que Alpha Condé nous donne la chance d’avoir un ex-Président»

0
725

L’assemblée générale hebdomadaire de l’Union des Forces Républicaines (UFR) s’est tenue ce samedi 14 septembre comme d’habitude au siège national du parti à Matam. C’était sous la houlette du vice-président du parti, Bakary Goyo Zoumanigui.

 S’exprimant au micro de Guinéenews, au sortir de la rencontre, le député Ibrahima Bangoura est revenu sur le processus électoral qui était le principal sujet à l’ordre du jour.

 Parlant de la mise en place d’une commission de suivi du processus électoral par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le Vice-président de l’UFR soupçonne Me Kébé de vouloir mettre en place une CENI parallèle. Ce que le parti de Sidya Touré trouve inacceptable.

 « Tout le monde sait qu’aujourd’hui il y a une campagne pour le 2ème mandat qui a été engagée depuis plus de six mois. Et comme la question du référendum bat de l’aile, les gens se rabattent sur la CENI. C’est pourquoi le président de la CENI, dans un communiqué qu’il a publié, fait mention d’une commission qui sera mise en place. La mise en place de cette commission voudrait dire qu’il y aura une deuxième CENI par rapport à la CENI officielle que nous avons aujourd’hui. C’est quelque chose de tout à fait inacceptable que nous n’allons pas cautionner. Nous avons une CENI qui doit faire normalement son travail pour qu’il ait dans notre pays des élections libres, transparentes, apaisées et acceptées par tous les acteurs. Si cela n’est pas, nous ne pouvons pas accepter. Il faudrait que cela soit connu », a-t-il déclaré.

Abordant la question du 3ème mandat pour le Président Alpha Condé, Ibrahima Bangoura invite ce dernier à y renoncer afin d’être désormais le premier ancien Président de la République qui pourrait jouer un grand rôle dans le pays. « Dans la sous-région aujourd’hui, ce qui me désole dans le cas de notre pays, c’est que nous sommes le premier pays à avoir accédé à l’indépendance, à avoir montré le chemin à d’autres Etats africains. Mais aujourd’hui nous sommes en retard par rapport à la mise en place d’une réelle démocratie. Si vous regardez autour de la Guinée, dans tous les pays limitrophes, il y a des anciens présidents. Et s’il y a des problèmes cruciaux qui se posent, ils montent au créneau comme des modérateurs. Nous aimerions avoir aussi cette chance. Il faudrait que le président Alpha Condé nous donne cette chance d’avoir un ancien président de la République. Il faudrait qu’il renonce à son 3ème mandat. On aimerait nous aussi avoir un ancien Président de la République en Guinée. Il faudrait que le Président Alpha nous donne cette chance et qu’il ne force pas la situation que tout le monde déplore», souhaite Ibrahima Bangoura avant de citer en guise d’exemple le Sénégal, le Mali, la Côte d’ivoire, le Liberia et la Sierra Leone qui ont tous d’anciens présidents en vie.

Maints observateurs accusent l’entourage du chef de l’Etat de le tromper pour simplement préserver leurs intérêts égoïstes. Là-dessus, la réponse du député Bangoura est claire : « Il est évident que dans l’atmosphère de détournement des biens publics à grande échelle que nous vivons dans ce pays, où en 9 ans il n’y a pas de routes, pas d’hôpitaux, pas d’écoles, pas d’assainissement, l’éducation ne fonctionne pas, cela profite à une petite équipe qui se partage les richesses du pays. Et cette équipe ne voudrait pas que les choses changent. C’est évident. Il faudrait qu’on change d’équipe pour qu’on puisse amorcer le développement », a souligné le député.  

Et rassurer le chef de l’Etat en ces termes : « Le président de la République n’a rien à craindre parce que son statut est connu. En cas de dévolution paisible du pouvoir à un nouveau chef d’Etat, il n’y a pas de raison que l’ancien chef de l’Etat soit poursuivi pour quoi que ce soit, parce que la Constitution lui garantit cette humilité ».