IKK, préfet de Siguiri : « L’or a causé un autre mal plus érosif que la dégradation de la nature »

août 24, 2018 12:41
0
Devant le premier ministre Kassory Fofana et sa délégation, le préfet de Siguiri évoque les conséquences de l’orpaillage artisanale sur la vie sociale dans sa préfecture à travers les conflits domaniaux dans son discours. Tel est le constat fait sur place par la rédaction locale de votre quotidien électronique Guinéenews© ce jeudi 23 août 2018.

La zone minière de Siguiri située à plus de 800 kilomètres de la capitale Conakry. A cause de cette pierre précieuse, cette  région aurifère est devenue cosmopolite. L’orpaillage traditionnel au lieu d’être source de revenu est devenu la cause des conflits domaniaux.
« Paradoxalement, l’orpaillage traditionnel est le plus grand mal qui frappe la préfecture de Siguiri, à travers la prolifération du vol et du grand banditisme, la dégradation de l’environnement, les éboulements mortels, l’utilisation des produits toxiques par les étrangers illégalement installés », a déploré le préfet Ibrahima Kalil Keita.
A l’instar de la dégradation de la nature, le préfet de Siguiri a buté sur les chasseurs et les chefs de districts qu’il a pointés du doigt comme instigateurs des conflits domaniaux. « L’or a causé un autre mal plus érosif que la dégradation de la nature, c’est celui de la société. A cause de quelques grammes d’or qui revient aux bureaux de districts, les habitants des zones rurales oublient les liens de parenté et de fraternité qui les lient, s’entretuent à bout portant avec des armes et incendient les greniers. Certains chasseurs sont devenus des gardiens des terrains litigieux et des placeurs de billets pour les concasseurs », a-t-il précisé.
Les conflits domaniaux ont atteint une proportion inquiétante (43) à date et continuent de secouer la préfecture de Siguiri.