Immigration : 95 étrangers en situation irrégulière interpellés à Siguiri

0
358

Le préfet de Siguiri, le colonel Moussa Condé  a ordonné ce lundi  le rapatriement vers la frontière guinéo-malienne de 95 étranges, interceptés récemment, alors qu’ils étaient en situation irrégulière, selon les autorités, a-t-on constaté sur place.

La présentation de ces étranges en situation irrégulière a été faite au camp d’infanterie de Diarrala, en présence des autorités administratives et des forces de défense et de  sécurité.

Sur place, le préfet, le colonel Moussa Condé donne des détails sur ce rapt  d’étrangers.

« Grâce au concours des forces de défense et de sécurité, à travers leur patrouille, ils ont mis main sur 95 étrangers dont 80 Burkinabè en situation irrégulière dans les zones frontalières de Doko. Il y a aussi leurs complices dont des conducteurs de Taxi-motos qui sont leurs transporteurs. Donc j’ai donné l’instruction de les rapatrier tous », a-t-il clamé.

En attendant, cette situation est devenue une épine dans les pieds des autorités de Siguiri. Selon une source anonyme, cette arrivée massive d’étrangers dans la région serait entretenue par des présidents de districts des contrées abritant des sites  d’orpaillage.

Un plan de rapatriement est en train d’être mis sur pied par les autorités pour renvoyer ces étrangers en situation irrégulière  vers la frontière de Kouremalé et de Nafadji.

A noter  que le dernier cas d’arrestation des étrangers établis en situation irrégulière  remonte au 26 octobre 2019. A l’époque, le nombre de personnes interpellées étaient de  225 étrangers.

Ce rapt d’étrangers relance les débats sur l’application de la libre circulation des personnes et de leurs biens dans l’espace Cédéao. A ce que nous sachions, ces étrangers originaires du Burkina Faso pour la plupart, sont en droit de venir en Guinée, même munis d’une simple carte d’identité. Comme le prévoient les textes en la matière.