Impasse dans la rencontre SELCG-Etat : les raisons, selon le ministre Komara

0
520

Entamées ce lundi 13 janviers, les négociations entre le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), dirigé par Aboubacar Soumah et le gouvernement, ont dû aussitôt être suspendues. Pour cause, le syndicat des enseignants pose la libération des enseignants détenus, comme le préalable à toute reprise du dialogue.

Interrogé, le ministre de l’Enseignement Technique, de la Fonction Professionnelle et du Travail, Lansana Komara a rappelé à la presse que la rencontre de ce lundi portait sur deux points : « le premier point, c’est la levée de la grève et le deuxième, c’est la finalisation du dernier protocole d’accord entre le gouvernement et le SLECG. Mais dans la salle, il y a eu une dernière question qui a surgi. C’est celle de l’arrestation des syndicalistes au niveau de certaines écoles. Le SLECG a fait ce point un préalable. Pour lever ce préalable, le gouvernement et le SELCG se sont engagés à œuvrer pour que ce point soit évacué et que les négociations continuent. »

Aux dernières nouvelles, les syndicalistes interpellés samedi 11 janvier, sur ‘’instruction’’ du proviseur du Lycée-Collège Bonfi, Alhassane Bérété, ont été transférés ce lundi 13 janvier à la Maison Centrale de Conakry.