Impasse politique en Guinée: le dialogue pourrait bientôt reprendre (Damaro)

0
779

Après le chef de file de l’opposition Cellou Dalein Diallo, un groupe de diplomates accrédités en Guinée a rencontré ce samedi 19 mai le président du groupe de la majorité parlementaire, Amadou Damaro Camara à son domicile, sis à la Minière. Etaient, entre autres, présents à cette rencontre, les Représentants de l’Union Européenne, Gerardus Gielen, du PNUD, Séraphine Wakana, de la CEDEAO, Liliane Alapini, de l’Ambassadeur des Etats-Unis, Denis Hankins, le Secrétaire administratif du RPG Arc-en-ciel, Lansana Komara.

Au sortir de cette concertation qui a duré plus d’une heure d’horloge, aucun des diplomates participants n’a voulu faire la moindre déclaration sur l’objet de leur présence.

En revanche, Amadou Damaro Camara a indiqué que les discussions portaient sur des questions politiques. Il a, par ailleurs, laissé entendre que le dialogue  politique pourrait probablement reprendre à partir de la semaine prochaine.

«Les Ambassadeurs ont rencontré l’opposition ensuite, ils sont venus nous rencontrer aussi pour nous faire le compte rendu de ce qu’ils ont discuté avec l’opposition, avec l’exécutif. Certainement à partir de la semaine prochaine, nous allons voir comment nous allons reprendre le dialogue. C’est tout ce que nous pouvons dire pour le moment », a-t-il déclaré.

Par ailleurs, évoquant la démission du gouvernement Youla, Damaro estime que la voie que celui a empruntée, est une démarche républicaine et normale.

«C’est une démarche républicaine. Après de grandes élections nationales, le gouvernement démissionne. Ou quand le président de la République informe le Premier ministre qu’il veut changer d’équipe, celui-ci démissionne. C’est donc  tout à fait normal. D’ailleurs, ce n’est pas la première fois. Je crois que c’est la troisième fois », a rappelé Amadou Damaro Camara qui se dit optimiste quant à la reprise du dialogue politique. Car, c’est seul le dialogue, dit-il, va permettre de trouver une solution à l’impasse politique dans laquelle est plongée la Guinée depuis la publication des résultats des élections communales du 4 février dernier.