In Memoriam : Pour toi Papa, Aboubacar Cissé, ex diplomate-journaliste

0
515

Aboubacar Cissé, « l’enfant de N’Ga Fatou » comme tu aimais t’appeler comme pour appuyer tout l’amour que tu nourrissais pour ta mère. Par cette inclinaison déjà, tu donnais tout son sens à la famille, à ta famille. Homme attaché à sa famille tu fus, tu a su aussi nous arrimer sur la voie de l’excellence.

À l’heure d’écrire ces quelques lignes pour parler d’un homme qui fut à bien des égards un exemple pour nous ses enfants, il m’est quasiment impossible de trouver les idées et les mots justes, pleins, assez adaptés pour parler de l’homme que fut mon père.

Il y a trois ans, papa s’en est allé laissant derrière lui une famille à jamais meurtrie par sa disparition. Cette date du 26 mars 2017, fût ainsi à jamais gravée en nous, sa famille. Nous y pensons comme celle du jour où notre héros se coucha pour l’éternité.

À l’heure de parler de toi papa, je voudrais remercier DIEU le tout-puissant de m’avoir gratifié en me faisant fils d’un homme comme toi. Oh si l’on pouvait mesurer ma fierté de déclamer que tu étais mon père!Aboubacar Cissé, tu n’étais pas un père comme les autres, tu étais mon père.

Amoureux du travail bien fait, Papa était pourtant à la fois ce père bienveillant et rigoureux. Homme de lettres, journaliste et diplomate, il était exigeant, réclamant sans cesse l’excellence. Pour le travail, papa ne faisait pas la différence entre les heures de la journée, entre les jours de la semaine.

En effet, PAPA, était cet homme, qui même le weekend, n’arrêtait pas de travailler à tel point qu’il oubliait des fois de profiter de ses enfants qu’il appelait affectueusement mes « CISSERONS ». Pour mémoire, il fut rappeler à Dieu alors qu’il fermait son ordinateur, un Dimanche.

Mon père, était un travailleur exemplaire, un bosseur né qui passa toute sa vie à travailler d’arrache-pied pour procurer à sa famille le meilleur. « PAPA poule », le bien-être de sa famille, était sa raison de vivre. Mon papa aimait d’un amour platonique ses enfants, sa famille, mais aussi ses amis, au point de tout donner pour leur bonheur.

À l’heure d’écrire ces quelques mots, je réalise pleinement aujourd’hui le sens véritable de cet adage « mieux vaut l’ombrage d’un vieil arbre, que son absence ».

Il y a trois ans depuis que tu n’es plus là, privant ta famille de la protection de son SUPER HÉROS . Celui qui ne reculait devant aucun obstacle lorsqu’il s’agissait de protéger les siens. Comme Hercule sous la voûte du ciel, tu nous as protégés et couvés. Si tel était ton devoir, je crie au monde entier que tu as su l’accomplir pleinement.
PAPA, trois années se sont écoulées depuis que tu nous as quittés. Pendant ces trois années, ta lignée, s’est agrandie, de nouveaux membres qui ont ton regard sont arrivés mais qui malheureusement ne connaîtront pas la chaleur de cet homme magnifique que tu fus. Aujourd’hui, plus que jamais je réalise le sens de cette expression: « A TRANSMETTRE A MES PETITS ENFANTS ». En effet, la descendance a commencé à s’annoncer mais les nouveaux « Cisserons » ne goutterons pas au privilège de jouer sur tes genoux. Le papy s’en est allé un peu trop tôt.

Aujourd’hui plus que jamais, je peux t’assurer que si Dieu nous prête longue vie, nous tes enfants, ta famille, nous évertuerons à transmettre dignement à ces nouveaux membres, les valeurs, que nous inculqua notre SUPERDADDY.
Il est vrai qu’avec le temps, il y a des douleurs qui s’apaisent. Mais, le temps ne saura tarir les larmes d’un enfant qui pleure son papa.

Pour finir, je voudrais te dire papa que ce fut pour nous une fierté et un honneur de t’avoir eu comme papa. Je prie ALLAH de t’accorder le paradis céleste.

Dors en Paix SUPER PAPA !

La Mort n’arrêtera jamais l’amour !
Tes Enfants et ta famille t’aiment.
Lansana Papa Cissé