Incendie à Madina : les explications du comptable du centre Falloulaye

0
697

Le centre commercial Falloulaye de Madina a pris feu ce samedi 8 février aux environs de 13h. Pas de perte en vie humaine, mais les dégâts matériels sont importants. Les flammes, dont l’origine pourrait être un court-circuit, ont été maîtrisées grâce à l’investissement personnel des jeunes, aidés plus tard par les sapeurs-pompiers.

Selon Abdoul Hamid Diallo, comptable du centre commercial Falloulaye, c’est quand il s’apprêtait pour la prière de 13h qu’il a entendu des cris d’alerte : « C’est dans les bandes de 13h20 que j’ai entendu du bruit en bas provenant des passants. J’ai regardé à partir de la fenêtre, je les ai vus indexer le toit de notre immeuble.  Je suis sorti, puis j’ai vu la fumée. Quand j’ai vu l’ampleur de la fumée, j’ai compris que ça doit être l’un des magasins qui a pris feu. Je suis descendu pour mieux voir. C’est à ce moment que j’ai vu que c’est le toit de l’immeuble qui a pris feu. »

La conjugaison des efforts a permis d’éviter le pire. Des camions citernes à eau des services de la protection civile, ceux de l’aéroport et de la société Topaz ont été mis à contribution pour éteindre les flammes. Avant l’implication des services professionnels, les jeunes ont fait de leur mieux pour éteindre et empêcher la propagation des flammes. Pendant que les uns éteignent le feu, d’autre arrachent tout ce qui est facile à consumer par le feu, notamment le plafond, les panneaux de publicité qui sont en caoutchouc, en aluminium et en papier.

« Quand on a vu l’ampleur des flammes, on a commencé à appeler les sapeurs-pompiers. Avant que ces derniers n’arrivent, 50 mn plus tard, les jeunes nous ont aidés en utilisant le stock d’eau qu’on avait. Mais vu l’ampleur des flammes, on ne pouvait pas contenir le feu. D’autres jeunes ont commencé à nous rejoindre en nous apportant de l’eau à travers des seaux et des bidons. Quand les sapeurs-pompiers sont venus, ils n’ont pas pu pulvériser l’eau, car leur premier tuyau n’arrivait pas là où il y a le feu qui se trouvait au 5ème étage. Puis on a mis un autre tuyau, mais les flammes avaient commencé à tout consumer », a expliqué Abdoul Hamid, ajoutant que les deux plus grands magasins qui contenait assez de marchandises, notamment des frigos et des produits cosmétiques, ont été réduits en cendre.

Pendant les autres aidaient les autres à éteindre le feu en envoyant des bidons d’eau de 20 l, d’autres souhaitaient que le feu consume complètement l’immeuble, car, à la place de l’eau, ils envoyaient de l’essence. Un bidon d’essence, selon de nombreux témoins, a été pris dans le lot. Ce qui a conduit les services de sécurité à ouvrir chaque bidon qui arrive pour s’assurer qu’il s’agit bien de l’eau.