Inclusion sociale : Kassory Fofana promet une enveloppe de 50 milliards aux pauvres en 2019

novembre 2, 2018 11:47
0

Lutter contre la pauvreté et favoriser l’inclusion sociale, c’est le souci du gouvernement dirigé par Ibrahima Kassory Fofana. Le Premier ministre a présidé, ce vendredi 02 novembre, une cérémonie de validation du plan d’actions prioritaires de la politique nationale de la protection sociale. A cette occasion, il a fait des grandes annonces sur la protection sociale des personnes vulnérables. Selon le chef du gouvernement guinéen, l’œuvre entreprise par son équipe est gigantesque et vise non seulement à mettre la protection sociale à la disposition des populations guinéennes mais aussi à conforter l’approche de résilience des Guinéens aux épreuves de la vie.

Pour atteindre l’objectif visé, il faut, souligne M. Kassory Fofana, « proposer un plan d’actions prioritaires [qui] constitue une bonne avancée dans ce combat pour l’amélioration des conditions d’existence des Guinéens notamment l’amélioration de la couverture sociale pour les populations pauvres et vulnérables ».

Cependant, déplore le chef du gouvernement, « malgré tous les efforts fournis par le gouvernement de la République afin d’améliorer le bien-être de la population à travers la mise en œuvre de ces différents documents stratégiques, la pauvreté persiste. C’est une évidence ». La preuve en est que « pour rappel, l’incidence de cette pauvreté est passée de 49,1% en 2002-2003 à 55,2%  en 2012. Telles sont les dernières statistiques disponibles à la matière avec tout son lot de conséquences négatives sur la paix et la cohésion sociale que notre pays vit ».

Pour le Premier ministre, « l’embellie économique caractérisée par un taux de croissance qui approche les deux chiffres ne doit pas masquer les nombreuses demandes sociales des populations y compris l’inclusion sociale et économique des jeunes, des femmes, des personnes vivant avec un handicap, des personnes âgées, des veuves et orphelins, chef s de familles pour ne citer que ces groupes ». Mais, martèle-t-il, « l’espoir  est permis » car la protection sociale fait partie de sa déclaration de politique générale.

Pour 2019, le gouvernement a « prévu pour l’agence d’inclusion sociale d’apporter en efforts propres 50 milliards de francs guinéens ». Enfin, il a promis que « tout sera fait pour que la Guinée sorte de cette honte d’une économie ou d’un potentiel économique important,  et de la pauvreté absolue. Nous devons nécessairement  sortir et nous le pouvons ».

Par ailleurs, la ministre de l’Action sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance dira que « la protection sociale est une voie parmi les plus sûres de lutte contre l’exclusion et ses corollaires de pauvreté et de vulnérabilité ». Pour cela, elle encourage « le gouvernement à faire de l’inclusion sociale, l’un de ses piliers. [Car], de plus en plus, maints Etats et institutions internationales considèrent la protection sociale comme un moyen réel d’atténuation des risques et chocs de tout genre ». « Malheureusement, pour le moment, la Guinée en dépit de ses potentialités, reste fragile et donc exposée à des menaces sociales, économiques ou environnementales qui peuvent affecter à tout moment  les Guinéens », déplore Hadja Mariama Sylla.

Pour sa part, le représentant par intérim du Système des Nations-Unies, Marc Rubin a promis que son institution va soutenir  la Guinée  dans cette initiative fondamentale et stratégique.