Indemnisation des victimes des manifestations : Cellou Dalein répond à Lansana Kouyaté

avril 4, 2018 5:56
0

Lors de sa sortie ce mercredi 4 avril dans l’émission  »Les grandes Gueules » de notre confrère Espace, l’ancien Premier ministre Lansana Kouyaté, président du Parti de l’Espoir pour le Développement National (PEDN), a demandé à ce que Cellou Dalein cède son budget de chef de file de l’opposition afin d’indemniser les victimes des manifestations.

A l’occasion de la réunion tenue par l’opposition au quartier général de l’UFDG, à Hamdallaye, le leader de l’UFDG a indiqué qu’il n’a pas besoin de ce budget pour faire quelque chose pour ses militants. Mais, précise Cellou Dalein, l’Etat doit jouer son rôle en tant qu’Etat : « Lors que l’Etat, qui est chargé de la protection des citoyens, constate qu’il a failli à sa mission, qu’il n’a pas pu assurer la sécurité des citoyens, notamment dans les manifestations pacifiques, décide de soulager les victimes…, ce n’est pas le montant qui est important. Ça signifie que celui qui avait la responsabilité d’assurer la sécurité des citoyens, a failli à sa mission, quel que soit le motif, vient quand même exprimer sa compassion à la famille et lui apporte quelque chose, c’est ça le sens de cette indemnisation. C’est cette assistance qu’on a demandée. »

Plus loin, il affirme qu’il est toujours aux chevets des victimes et dans leur famille pour leur apporter ce qu’il peut : « en ce qui concerne le président de l’UFDG, les militants savent qu’avec ou sans budget du chef de file de l’opposition, je fais ce que je peux. La preuve, lorsqu’on nous a attribué des frais de réparation de nos domiciles qui avaient été détruits en septembre 2009, j’ai mis le fonds que j’ai reçu à la disposition d’une ONG pour assister les victimes. Je suis toujours au chevet des gens, dans les familles des victimes pour essayer d’apporter ce que je peux. »

C’est, selon lui, à cause de cette solidarité que sa base lui fait confiance : «Ce n’est pas pour rien que cette confiance entre le leader de l’UFDG et sa base est restée constante malgré toutes les tentatives de déstabilisation. »

Il insiste sur le fait que le président de la République doit être celui de tous les citoyens guinéens et que ce n’est pas ce qu’il va apporter aux victimes qui pourra résoudre le problème: «Ce qui a été demandé à l’Etat, c’est en tant qu’Etat. Le président de la République doit être le président de tous les Guinéens. L’Etat a failli à sa mission de protéger les citoyens, il montre sa solidarité avec les victimes en posant cet acte. Mon assistance financière personnelle ne résout pas ce problème. »