Industrie : des acteurs échangent sur l’indice de la production industrielle 

535

Un atelier de sensibilisation sur la mise en place de l’indice de la production industrielle (IPI) s’est tenu ce jeudi 18 février 2020 à la Banque centrale de la République de Guinée (BCRG). La rencontre, qui a réuni une cinquantaine de participants, notamment des responsables des entreprises industrielles vise à sensibiliser ces acteurs du secteur industriel à contribuer à cet IPI.

« L’indice de production industrielle est un indicateur infra annuel qui permet de suivre l’évolution de la conjonction économique », expliqué le premier vice-gouverneur de la BCRG, Thierno Madjou Sow, avant de dire aux industriels l’importance de cet outil : « Il complétera ainsi le dispositif actuel de suivi de la conjoncture. C’est un important outil d’aide à la prise de décision non seulement pour les chefs d’entreprises que vous êtes,  mais aussi pour les décideurs de la politique économique. C’est le lieu de saluer la précieuse assistance technique d’AFRISTAT qui nous accompagne si efficacement pour l’élaboration de cet indice qui couvre dans sa conception les activités du secteur secondaire,  notamment les industries extractives, les industries manufacturières, les entreprises de production et de distribution d’eau, d’électricité et de gaz. Ce calcul permet de donner une indication sur le niveau de l’activité industrielle et permet de faire des comparaisons et des analyses dans le temps et dans l’espace. »

Plus loin, il précise que pour l’élaboration de l’indice de la production industrielle, la BCRG doit collecter les données sur la production des entreprises.

« Cette collecte de données constitue une étape cruciale pour la suite du processus et est déterminante pour la réalisation d’un indice pertinent et de qualité », a-t-il ajouté.

Quant à Diallo Amadou Tidiane, Directeur général des Etudes de la Statistique, il a parlé de ce qui va être fait lors de cet atelier : « Ce que nous comptons faire, c’est d’abord indiquer aux industriels c’est quoi l’indice de la production industrielle, quels intérêts ils ont à répondre aux questionnaires qui vont leur être adressés et puis qu’est-ce ça apporte à la Banque centrale, qu’est-ce que ça apporte à l’ensemble de l’économie une fois que l’indicateur est construit. »

L’indice de la production industrielle a plusieurs avantages pour les entreprises, a-t-il expliqué : « Par exemple, une entreprise, une fois l’indicateur calculé, pourrait se comparer par rapport à la moyenne, puisque l’indicateur calcule la moyenne. L’entreprise va se dire que si la situation dans la moyenne est bonne, et que chez elle la situation ne se présente pas bien, ça veut dire qu’il y a un problème et elle va revoir sa stratégie de production. Si elle est au-dessus de la moyenne de l’indicateur, ça veut dire qu’elle se porte très bien, et même parfaitement bien par rapport au reste des entreprises. Et si elle est dans la moyenne, il n’y a pas de problème. C’est le premier avantage que l’entreprise va tirer de l’indicateur. L’autre avantage, c’est par rapport même à l’ensemble des entreprises du secteur, même du sous-secteur. Elle va savoir quelle est sa position. »

L’IPI a aussi des avantages pour la Banque centrale. « La Banque centrale va tirer plusieurs avantages. Le premier avantage, c’est que nous avons une note de conjoncture trimestrielle que nous produisons. L’indice de production ne figure pas à l’intérieur de cette note. Donc il y a un complément qui manque. Cet indicateur viendra donc compléter ce dispositif et va apprécier de façon plus précise l’évolution de la conjoncture », a-t-il précisé.

Facebook Comments