Inhumation des 8 jeunes du FNDC : Abdourahamane Sano crucifie   le pouvoir

0
1260

« Il faut qu’Alpha Condé comprenne que ce pays n’est pas une propriété privée ni de lui, ni d’un clan proche de lui »

 

Ce vendredi 3 juillet, lors de la levée des corps des huit jeunes tués lors des précédentes manifestations du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) à l’hôpital Sino-guinéen à Kipé, le coordinateur national du FNDC Abdourahamane Sano, la voix étranglée par l’émotion, a tancé le pouvoir de Conakry, avant d’assurer les parents des victimes de la continuité du combat, en vue d’obtenir la justice pour les victimes. Lisez !

«Nous avons le cœur serré dans un état d’esprit de pire révolte pour exprimer nos compassions, nos condoléances, soutenir les familles endeuillées, fustiger, dénoncer et rejeter la barbarie qui sévit dans notre pays.

Aujourd’hui, nous avons à faire avec des martyrs de la liberté et de la démocratie. Ce sont des jeunes personnes arrachées à l’affection de leurs familles et de leurs proches juste parce que pour les uns, ils exprimaient leur doit naturel à participer à la vie de la société et pour les autres, on dirait une mort durement gratuite.

Lorsqu’on compte les martyrs, ce sont des adolescents de 12 à 15 ans qui sont souvent fauchés par les balles de la trahison sous les yeux impuissants de leurs parents sans avoir participé à aucune manifestation. Cela est révoltant et indigne de la part de tout pouvoir.

Aujourd’hui, ce n’est pas le moment de pleurer parce que ces jeunes qui sont arrachés à notre affection et à l’affection du peuple, sont des martyrs. La manière dont ils sont partis, est un motif de fierté. Si on ne peut éviter la mort, il faut mourir pour un idéal. Leurs vies ont été sacrifiées pour que nous, nous survivions dans la dignité et dans le respect de l’être humain.

Il faut qu’Alpha Condé comprenne que ce pays n’est pas une propriété privée ni de lui, ni d’un clan proche de lui. La responsabilité de remettre notre pays au peuple est désormais le contrat qui nous lie à ces martyrs et nous devons tenir bon pour que leurs âmes reposent en paix. Pour qu’ils ne soient pas morts pour ne rien, pour honorer et rendre justice demain. Que les familles des victimes sachent que nous ne laisserons jamais la raison pour laquelle leurs enfants ont été lâchement assassinés», a-t-il promis.