Initiative présidentielle de reboisement : une mission de l’Environnement à Lélouma pour la mise en œuvre du projet 

juillet 10, 2019 3:41

Dans le cadre de l’exécution de l’initiative présidentielle portant sur le reboisement de 1693 ha, une délégation du ministère de l’Environnement séjourne depuis le 8 juillet dans la région de Labé. C’est la préfecture de Lélouma qui a été la première étape de cette mission composée des cadres des ministères de l’Environnement et de la Jeunesse.

Après avoir pris langue avec les autorités locales du centre urbain de Labé, la mission a mis le cap sur la préfecture de Lélouma, sa première étape où les cadres des deux départements ont intensément travaillé le dimanche 8 et le lundi 9 juillet avec l’ensemble des acteurs concernés par ladite campagne de reboisement. Cette rencontre qui avait aussi au menu des exposés, des échanges et des visites de terrain, a permis d’identifier les domaines à reboiser au niveau de la localité de Lélouma.

S’agissant de cette initiative présidentielle de reboisement, le Directeur général Adjoint de la conservation de la nature, le Commandant Diallo Tellico a rappelé que c’est suite à un constat généralisé sur des catastrophes et les dégradations de l’écosystème que le président de la République, Pr Alpha Condé a initié cette campagne de reboisement continu. Cette fois, a-t-il précisé, avec un caractère beaucoup plus sérieux qu’auparavant. Il s’agit de faire en sorte que toutes les parties prenantes soient intéressées à cette activité. « C’est une opération qui a connu un engouement dès le début. Déjà au niveau de la direction nationale des Eaux et Forêt, on a plus de 100 ONG et plateformes de jeunes qui se sont manifestées volontiers pour nous accompagner dans ce programme », a déclaré l’officier de la Conservation de la Nature avant de préciser que c’est le ministre d’Etat, ministre de l’Environnement et des Eaux et Forêts, Oyé Guilavogui qui est le premier porteur de cette initiative présidentielle.

« Ce programme qui a mobilisé toutes les ressources humaines du département de l’Environnement. A l’heure qu’il fait, tous les bureaux sont fermés du niveau central, au niveau des directions techniques, au niveau régional et au niveau préfectorale. Tout le monde est à pied d’œuvre à l‘intérieur du pays pour cette campagne de reboisement », a précisé le directeur général adjoint de la conservation de la nature.

Par ailleurs, en dehors de la dimension écologique que revêt ce reboisement, il existe une autre dimension, celle socioéconomique, a confié le Commandant Diallo Telico : « cette activité a un triple rôle. Regarder nos jeunes qui sont complètement désœuvrés et qui sont dans le désespoir parce qu’il n’y a pas suffisamment d’emplois… C’est pourquoi, le président de la République a toujours fait de la question liée à l’emploi jeune et à l’autonomisation des femmes, une priorité de son mandat. Il a toujours affirmé qu’il a dédié ses mandats aux jeunes et aux femmes parce que ce sont des couches qui sont les plus vulnérables. Avec des activités comme cette campagne de reboisement, c’est une grande source d’emplois pour les jeunes. Nous avons reçu des instructions fermes de mettre la jeunesse à profit pour la réalisation de ce programme à travers les plateformes de jeunes, les ONG, les groupements… Nous devons en faire notre cheval de batail pour la mise en place de ce programme.»

Dans la préfecture de Lélouma, l’équipe s’est attelée d’abord à l’identification de toutes les parties prenantes et la mobilisation des moyens. « Nous sommes en avance sur tout ça. A Lélouma, nous avons vérifié la fiabilité de l’organisation structurelle des ONG qui ont postulé et d’évaluer leur crédibilité. Parce qu’il ne faut pas jeter de l’argent…, il faut le mettre en lieux sûrs. Il faut qu’on ait des ONG et des plateformes crédibles, structurées, organisées et engagées. En dehors de ces jeunes et femmes structurés, il y a d’autres jeunes qui n’évoluent pas au sein de ces organisations. Ils sont eux aussi des chevaux de batail de cette campagne de telle sorte qu’il y ait des superficies à réaliser par les sections préfectorales des Eaux et Forêts. Celles-ci ont reçu des instructions et toute la main d’œuvre doit être réalisée par les jeunes et les femmes », a-t-il expliqué.

Selon nos informations, le ministre de l’Environnement sera à Labé ce week-end pour procéder au lancement officiel dans la région de la campagne de reboisement au compte de l’année 2019.