Inondations à Conakry : les maires de Ratoma et de Dixinn alertent !

0
688

Le ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire Dr. Ibrahima Kourouma a rencontré ce mardi 2 juin le gouverneur de la Ville et les cinq maires de Conakry. Une seule question était à l’ordre du jour, celle de l’ouverture des points critiques en cette période de grandes pluies.

Prenant la parole, le maire de la commune de Ratoma, Issa Soumah, a déclaré que cette réunion est venue à point nommé. « Juste avant-hier, lors de la grande pluie, j’ai vu un véhicule avec à bord deux personnes en train d’être emporté par les eaux. A Ratoma, en dehors des points critiques, les gens jettent des ordures dans la rue qui devient un point critique qui n’est pas facile à ramasser. Cette année, nous avons 34 points critiques sur lesquels il faut agir rapidement. Il faut que le gouvernement aide les communes pour qu’elles prennent certaines dispositions. Cette saison des pluies sera très compliquée parce qu’il y a beaucoup de points critiques à gérer », a-t-il déclaré. 

Pour renchérir, le maire de Dixinn, Mamadou Samba Bah, a ajouté ceci : « avec la pluie d’avant-hier qu’on peut qualifier d’une pluie d’essai, nous avons été débordés. J’ai été réveillé par les citoyens qui ont vu leurs habitations dégringolées à Kénien. Chez nous, le point le plus dangereux, c’est à Dixinn Bora, précisément dernière la construction d’un libanais où il stock son riz. A un moment donné, les chinois ont commencé à y travailler mais ils ont été empêchés par les citoyens. Il y a des endroits qui demandent aujourd’hui d’être cassés. Ils constituent des dangers pour les populations. Parce que ces endroits débouchent sur Bellevue. Avec ces premières pluies, nous avons été confrontés à des dégâts auxquels nous ne y attendions pas. Egalement, dans le quartier Hafia où il y avait moins de problèmes, des citoyens m’ont appelé hier pour m’informer que l’eau était dans les habitations. Quand je suis allé voir, j’ai compris que les gens ont obstrué le passage de l’eau par endroits. Parce que certains citoyens se permettent de bloquer complètement le passage d’eau pour des fins personnelles. J’ai convoqué ces personnes à mon Bureau pour demain. Je vais les mettre en demeure d’enlever les barrages pour permettre les eaux de ruissellement de couler. Au niveau de Hafia, il y a une autre partie très dangereuse, c’est le long des rails qui reçoit toutes les eaux », a-t-il alerté.