Inondations à Matam et Matoto: les occupants des canaux d’évacuation d’eaux sommés de déguerpir

juin 25, 2019 7:27

Les passages des eaux pluvieuses sont obstrués à plusieurs endroits de Conakry notamment à Dabondi 1 et Bonfi-Marché, deux quartiers situés dans les communes de Matam et de Matoto. C’est le triste constat établi par le ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire (MVAT). (photo d’archives)

Pour mettre fin à une telle situation, les responsables locaux des communes de Matam et de Matoto ainsi que les directeurs communaux de la Ville et de l’Aménagement du Territoire desdites mairies, ont été reçus ce mardi 25 juin à leur ministère de tutelle. Cette rencontre qui était placée sous les auspices du Secrétaire général du département de la Ville, vise à inviter ces responsables locaux à sensibiliser les populations à la base afin qu’elles libèrent le passage des eaux pluvieuses.

« Nous pouvons éviter que les pluies fassent des victimes chez nous en prenant des dispositions. Cela passe par l’identification des zones inondables pour que les services techniques se mettent à l’œuvre pour ouvrir grandement le passage de l’eau pour ne pas qu’elle fasse des dégâts. Votre zone communément appelé filière bois à Dabondy et à Bonfi-marché, a été identifiée comme zone à risque par ce que le passage de l’eau est bloqué par les sciures de bois. Et quand l’eau se fraie un chemin, elle fera inéluctablement des dégâts jusqu’à tuer des gens. C’est ce que nous voulons éviter en vous demandant de sensibiliser les occupants. S’ils n’acceptent pas de libérer dans le délai imparti, nous serons obligés d’utiliser la méthode forte », prévient le Secrétaire général du ministère de Ville, Mohamed Maama Camara.

Il y’a deux semaines, les deux parties s’étaient rencontrées autour du même sujet. Le Directeur communal de Matam a, dans son intervention, expliqué que le message du département a été transmis depuis après cette première réunion. « Les occupants que nous avions rencontrés nous avaient promis de libérer les lieux. Même hier, nous y étions. Malheureusement, nous avons constaté qu’ils n’y ont pas encore quitté alors qu’ils étaient déjà informés. Et surtout ils ont été prévenus qu’en cas de résistance, les autorités n’hésiteraient pas d’envoyer des bulldozers pour ouvrir de force le passage de l’eau», a confié le Directeur communal de l’Habitat de Matam, Kanté Sékou Mohamed.

De son côté, le président du comité de surveillance de la filière Bois de la région de Conakry, a promis de sensibiliser davantage les occupants. D’ailleurs, annonce Mamady Kéita, les vendeurs de bois ont déjà commencé à prendre des dispositions pour libérer la zone. Il promet, en outre, de se rendre sur les lieux à nouveau afin de sensibiliser davantage ces occupants.