Insalubrité à Conakry: le marché de Matoto submergé par les ordures

mai 29, 2018 3:57
0

Le rond-point du grand marché de Matoto comme d’ailleurs c’est le cas avec plusieurs marchés de Conakry,  présente actuellement un visage peu reluisant. En plus du non achèvement des  travaux de réhabilitation  du tronçon, ordures, eaux stagnantes, vendeurs et mendiants se côtoient dans presque ce décor chaotique et mosaïque.  Une situation qui crée d’énormes embouteillages sur cette route, a constaté sur place Guineenews.

Entamé depuis le mois de juillet 2017, les travaux de réhabilitation du rond-point de Matoto ne sont pas encore totalement achevés. Sur le  mur à béton qui sépare le trottoir et la bande nord de ce tronçon, les travaux n’y sont pas totalement finis. Des barres de fer fixées à l’aide desquelles un mur doit être élevé sont abandonnées sans aucune précaution malgré le risque que cela comporte. Le tout sans compter des trous béants sur la route qui entrainent déjà des embouteillages. Le long de la chaussée qui borde le marché est occupé par des étalagistes occupent l’espace. Sur place condiments, marchandises et tas d’immondices s’enchevêtrent. Avec les premières pluies, les eaux de ruissèlement se mélangent avec les ordures formant ainsi un cocktail boueux qui dégage une odeur nauséabonde. Même constat dans les caniveaux qui sont devenus des dépotoirs d’ordures. Pourtant, des centaines de personnes, particulièrement des femmes et des mendiants passent leurs journées  dans cet espace insalubre à la recherche du quotidien au risque de contracter des maladies. A côté, le stationnement anarchique des engins perturbe la circulation. Conséquence, la formation de gigantesques embouteillages qui  gênent énormément les usagers qui ont des difficultés à se frayer un chemin.

Il y a quelques semaines, des jeunes rapatriés de la Lybie accompagnés par l’organisation internationale de la migration (OIM) étaient à pied d’œuvre pour débarrasser certains axes de Conakry de leurs ordures. C’est le cas de la transversale numéro 3 et une partie de l’autoroute Fidel Castro entre la Tannerie et Matoto. Mais avec l’incivisme des riverains, on constate encore le retour des ordures surtout dans les caniveaux.