Insalubrité à Conakry: l’incivisme des citoyens mis à l’index

juin 14, 2018 2:22
0

La ville de Conakry est envahie d’ordures. Partout, des dépotoirs sauvages sont crées. Soit  au bord des artères ou dans  les caniveaux qui sont complètement bouchés. Une situation qui est l’une des  causes des inondations.

Pour ainsi rompre avec ce visage peu reluisant et renouer avec  qualificatif de Conakry ‘’Perle de l’Afrique de l’Ouest’’, les autorités guinéennes ont lancé une vaste campagne d’assainissement dénommée «Conakry ville propre» à la fin de la semaine dernière sous la houlette du Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana. Et depuis, des jeunes en collaboration avec les PME, s’attellent au ramassage et au curage des caniveaux dans plusieurs quartiers de la capitale.

Cependant, pour ses responsables, cette campagne ne servira en rien si les citoyens n’adoptent pas un comportement civique. D’ailleurs, ils accusent ces derniers d’être responsables de cette insalubrité.

Conakry produit au moins 1200 tonnes de déchets par jour pour une population estimé à plus de 2 millions d’habitants. A la fin du premier trimestre de 2018, cette quantité a été revue à la hausse. C’est-à-dire jusqu’à 59 milles tonnes contre 40 milles pour 2017. C’est pourquoi le directeur général de l’agence Nationale de l’assainissement et de la salubrité publique estime que l’assainissement doit être une affaire de tous avant de regretter le refus des citoyens  de s’abonner aux petites et moyennes entreprises(PME) qui s’occupent du ramassage des ordures.

«L’assainissement doit être compris comme étant une exigence qui doit concerner tous les citoyens. Nous avons reparti la zone de Conakry où évoluent les PME en 145 qui sont chargées de ramasser les ordures dans les concessions sur abonnement. Malheureusement  chez nous, tous les quartiers sont victimes d’inondations. C’est parce que les populations ne s’abonnent pas au PME, ils préfèrent jeter les ordures dans les caniveaux qui finissent par être bouchés et créer des inondations. Personne ne peut être étranger à l’avènement d’une ville propre. Il faudrait que chacun s’y investissent et faire en sorte qu’une discipline régisse le comportement  de tout un chacun pour préserver ce qui est nettoyé. Mais, c’est en Guinée qu’on voit  des gens habillés en basin dans de grosses voitures. Ils finissent de boire leur jus ou les sachets d’eau et jeter les emballages  sur la route », a déploré Sory Camara, le DG de l’ANAP.

Le Premier ministre, quant à lui, prône pour un changement de comportement. Selon Ibrahima Kassory Fofana, l’engagement des citoyens est la solution idoine pour dégager les tas d’immondices qui encombre nt la ville de Conakry.

«Les tas d’ordures, c’est tous les jours. Dès qu’on dégage, ils se reconstituent. C’est pourquoi, nous allons améliorer les méthodes de sensibilisation avec le lancement de la campagne « Feintégny » par le ministère de la communication.

C’est-à-dire engager la responsabilité des citoyens à adopter un comportement civique pour changer leur façon de faire. Parce qu’il ne pourrait pas y avoir  des changements durables. Si nous continuons à déverser les ordures sur la route et si nous n’avons pas un comportement civique», estime de son côté le chef du gouvernement.

Au moins 1300 jeunes vont être recrutés dans le cadre de cette campagne d’assainissement en raison de 100 par quartier dont ceux rapatriés de la Libye. Déjà,  un premier groupe est déployé sur le terrain du côté de Matoto, Gbessia et Kissosso Bas-fond.