Insalubrité : quand la fumée des ordures brûlées obstrue la circulation et menace la santé publique

janvier 16, 2019 4:57

Chaque jour, la ville de Conakry et ses environs deviennent de plus en plus sales, ce malgré la campagne d’assainissement organisée le dernier samedi de chaque mois.

Le bras de mer, au niveau du pont du KM36 est transformé en dépotoir d’ordures. Quand les Petites et Moyennes Entreprises (PME) ramassent les ordures dans les quartiers, c’est là qu’elles les déversent.

Malheureusement, aucun camion de l’Agence nationale de salubrité publique (ANASP) ne passe récupérer ces ordures. Ce dépotoir ne bénéficie non plus des actions menées à la faveur de la journée de l’assainissement organisée chaque fin de mois. Et la solution que les PME trouvent, c’est un peu de l’essence et du brin d’allumette. Et cela n’est pas sans conséquence sur la vie des citoyens. Au-delà des maladies que la calcination de ces ordures peut transmettre aux riverains, il y a une grande fumée qui enveloppe la route,  réduisant ainsi la visibilité des automobilistes et motocyclistes. D’où le risque d’accidents au niveau dudit pont. Un riverain fait savoir que récemment, un véhicule 4×4 est allé percuter les garde-fous du pont.