Insécurité à Kindia :  des coupeurs de route attaquent une voiture et emportent de l’argent 

0
1027
Si les Autorités judiciaires ont dit avoir mis le grappin sur le cerveau des coupeurs de route à Kindia, ce n’est  pourtant pas le cas. Le combat reste  loin d’être gagné. Car un groupe de présumés bandits armés s’est attaqué à un véhicule de transport en commun immatriculé RC 48 27 C dans la sous-préfecture de Friguiagbé préfecture de Kindia ce 6 janvier 2020 dans la matinée.  Le véhicule était en partance à Conakry.

Selon l’adjudant chef, Aboubacar Camara du BSCA de Samoreya, le chauffeur aurait facilité l’attaque : « comme je viens d’arriver de Kidal, je devais acheter certains matériels de construction. C’est ainsi que jai décidé de voyager. Dans la voiture, j’ai même apprécié le chauffeur en disant qu’il roule bien. Après mes éloges, le chauffeur a pris son téléphone, il a appelé en disant: allô, je suis descendu. Je pars comme ça. A environ 100 mètres, nous avons vu une lumière. Une moto a été stationnée devant notre véhicule. On lui a dit de garer, il a garé. Un des présumés bandits nous a braqués son arme que si on bouge, qu’il nous tuera.

Dès que le chauffeur a garé, trois autres sont sortis dans la brousse et ils ont commencé à nous fouiller. Nous étions couchés à terre, ils ont pris tout ce qu’on avait. Moi un d’entre eux est venu dire c’est lui, ils m’ont retiré 800 mille francs guinéens et une somme de 4 000 dollars. Ils n’ont rien fait au chauffeur. Pourtant, il n’a pas accéléré et nous étions dans une partie où il pouvait ».

Tata Sylla, une des passagères, le chauffeur, Aboubacar Sanly Diallo,  pourrait être l’un des complices de cette attaque eu égard à  son comportement.

“Depuis hier ma soeur a contacté ce chauffeur pourqu’on voyage matinalement. A 5 heures, il m’a appelée que c’est moi seule qu’on attend mais dès que je suis venue, je n’ai trouvé qu’une personne dans le véhicule. Après, il nous a dit d’aller à Tafory pour voir si nous pouvons avoir d’autres passagers. Arrivée, un militaire est venu plus deux femmes suivis d’un autre militaire mais en civil. I

l a dit à ceux-ci de monter qu’il peut bouger car s’il a 6 passagers que c’est bon pour lui. C’est ainsi qu’on a bougé. Arrivés vers Koliagbé, c’est lui même qui a dit ici c’est dangereux, que l’un de ses amis a été attaqué là-bas par des bandits. Soudain, il a dit au téléphone, si tu as quelqu’un qui veut voyager, tu m’appelles à temps. Moi, je viens de depasser Friguiagbé. Dès qu’il a raccroché, quelques mètres seulement, nous avons été attaqués par des bandits, explique-t-elle.

Nous avons tenté d’avoir la version du mise en cause dans cette affaire,mais Selon les agents trouvés sur les lieux , la réaction du chauffeur pourrait compromettre l’enquête disent-ils.

Nous y reviendrons.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.