« Insécurité » à Kindia : les commerçants ferment les boutiques et accusent le Procureur qui réplique

0
947

Plusieurs boutiques et magasins sont restés fermés ce lundi 6 juillet dans la commune urbaine de Kindia. Par ce geste, les commerçants entendent interpeller les autorités locales administratives et judiciaires sur la recrudescence de l’insécurité dont ils se disent de plus en plus victimes.

Les commerçants, par la voix de leur porte-parole, en veulent au Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Kindia qu’ils accusent de passivité face à la terreur semée par les bandits dans la cité ces derniers temps.

« Cela fait un bon bout de temps que les malfrats s’en prennent aux voitures et boutiques appartenant aux commerçants en particulier et en général aux citoyens. Parfois en pleine journée dans les maisons. Ceci dans la plus grande indifférence des autorités et particulièrement du Procureur dont les dernières interpellations remontent à plus de 5 mois. Au lieu de garantir la justice pour nous, le Procureur se permet de faire des arrangements avec eux. En plus, il nous intimide. Ce qui est sidérant, c’est le fait de retrouver dehors un détenu condamné pour banditisme sans avoir purgé sa peine. Nous avons décidé, nous les commerçants, de faire front commun afin de lutter contre cette injustice. Nous voulons attirer l’attention des autorités pour qu’elles nous viennent en aide. Le procureur doit revoir sa copie. Il a un salaire, il peut satisfaire ses besoins. Il ne doit pas aider les malfrats contre nous ses concitoyens honnêtes. Des fois, nous procédons à des arrestations des bandits et quand nous les envoyons à la sécurité, nous sommes souvent surpris de les retrouver en liberté. Voilà des pratiques qui ne garantissent pas notre sécurité », a déclaré Ibrahima Telly Bah, le Porte-parole des Commerçants.

De son côté, le Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Kindia Amadou Diallo balaie d’un revers de la main toutes ces allégations des Commerçants portées à son encontre.

« Le seul problème, c’est parce que je refuse qu’il y ait des marches à Kindia. C’est pourquoi ils protestent en fermant les boutiques et magasins. Et tant que je suis là, il n’y aura pas de manifestations », a vertement répliqué Amadou Diallo.