Insécurité routière : Kissidougou a enregistré  161 cas d’accidents dont six mortels en 2019

0
570

Le commissaire adjoint de la police routière, commandant Mamady Mara,  interrogé par notre reporter,  dresse un tableau plutôt sombre de la sécurité routière,  dans la ville de Kissidougou, située à la lisière entre la Haute Guinée et la Guinée Forestière. Où 161 cas d’accidents dont six(6) morts et 44 blessés graves ont été enregistrés en 2019, selon le commissaire.

« Cette année 2019, nous avons enregistré 161 cas d’accidents dont six(6) morts et quarante-quatre (44) blessés graves. Parmi ces accidents, nous avons constaté que le plus grand nombre des cas concernent   les motos. Ensuite, par rapport aux morts, les jeunes constituent le plus grand nombre des personnes décédées. Leur âge varie entre 18 à 22 ans. Seulement cette année, le bilan est moins lourd  que l’année 2018 », explique le commandant.

Parlant des causes de ces accidents, il cite: « les causes fondamentales de ces accidents se situent entre autres sur la non maîtrise de la conduite, c’est à dire les règles de la conduite; l’excès de vitesse; surtout la conduite des engins par les enfants dont l’âge varie entre 15 à 18 ans. Ensuite, certains conducteurs prennent l’alcool et certains stupéfiants, avant de rentrer dans la circulation. Donc, tout tourne autour de ça », dit-il.

Pour freiner ce phénomène, le commandant lance un appel au gouvernement: « nous demandons au gouvernement dans l’avenir,  de nous envoyer les tests pour connaître quand il y a un accident à travers l’hôpital; qu’on arrive à comprendre, si le conducteur était en état d’ébriété ou pas. Si on trouve qu’il avait pris l’alcool avant de prendre l’engin, on le verbalise, en le sanctionnant. Ensuite, nous demandons à l’état de penser au cas des permis pour les conducteurs de motos. Quand on arrive à instaurer ça, vous verrez ça va renflouer les caisses de l’État et en même temps, on verra que ce sont seulement ceux qui maîtrisent les engins qui vont conduire. On crée les permis de type A et de type B pour cette année 2020. Il y aura vraiment une normalisation de la circulation, c’est à dire il n’y aura pas de l’anarchie », recommande l’officier.

Parlant du personnel de la police routière, il nous révèle: « Aujourd’hui, après les villes des régions de Kankan,  N’Zérekoré et la préfecture de Siguiri,  c’est Kissidougou qui vient comme ville, ce  du point de vue grandeur et densité de la population.  Donc nous sollicitons de nos chefs hiérarchiques d’augmenter nos effectifs, parce que notre champ d’action est vaste et il y a assez de personnes ici. Présentement, nous sommes au nombre de quatre agents. Souvent, c’est le commissariat central de la police et la CMIS qui nous viennent en aide, en nous envoyant des agents », a-t-il prêché.

Enfin, Mamady Mara lance un appel aux jeunes et à leurs parents, dans le cadre de la prévention routière: « je demande aux parents et aux jeunes de penser à la vie humaine. Pour les jeunes, je leur demande d’être patients pendant la conduite et d’éviter de consommer l’alcool et autres stupéfiants. Quant aux parents, je leur demande d’éviter de donner leurs engins aux enfants, surtout pendant ces fêtes de fin d’année », a conclu le commandant Mara.