Insolite-Lola: des délégations ivoirienne et libérienne au baptême du bébé chimpanzé Fangansy

1122

Le baptême du bébé chimpanzé a eu lieu ce 20 dimanche dans la sous-préfecture de Bossou, située à environ 20Km de du chef-lieu de la préfecture de Lola. La cérémonie qui s’est déroulé en présence des autorités régionales et préfectorales de l’éducation, des cadres et agents conservateurs de la nature, des délégations venues du Libéria et de la Côte d’Ivoire, a également connu forte mobilisation des populations de la localité.

Après la présentation des dix noix de cola par la notabilité de Bossou, l’honneur est revenu au directeur général de l’institut de recherche environnemental Dr Aly Gaspard Soumah, de s’adresser à ses hôtes.

A en croire, Dr Soumah le chimpanzé n’est pas un animal, mais plutôt un être humain. « La science l’a déjà démontré mais aussi nos parents de Bossou avaient la ferme conviction qu’ils sont la réincarnation de leurs ancêtres. Ils ont la ferme conviction que c’était des humains. C’est à cause de cela qu’ils ont protégé les chimpanzés pendant plusieurs décennies bien avant le commencement de la recherche scientifique. Les chimpanzés, ce n’est pas seulement à Bossou, ils se trouvent un peu partout en Guinée ainsi que dans toute la bande tropicale d’Afrique. Ce qui est particulier à Bossou, c’est que les chimpanzés sont liés aux hommes. Ils (hommes et chimpanzés, ndlr) sont dans le même territoire et se partagent les mêmes ressources de la forêt sans aucun heurt. Lorsque les gens procèdent à la récolte, les gens prennent soins de laisser une partie dans le champ destiné à la nourriture des chimpanzés. Aujourd’hui ils nous restent 7 individus avec le nouveau-né, nous sommes à 8. Mais tenez-vous bien, on est parti de 21 pour tomber à 8. La maladie en serait la cause. Il y a eu l’épidémie en 2003 qui a tué 5 chimpanzés. Mais il n’y a pas que la maladie. Il y a la déforestation, la coupe abusive des bois et le feu de brousse qui éclate dans la zone. Cette déforestation provoque la fragmentation. Comme aujourd’hui à Bossou, on a une forêt de 320 hectares. Mais celle-ci est isolée du grand bloc forestier des monts Nimba. La population qui se trouve à l’intérieur de cette forêt, se trouvent isolés les autres chimpanzés du côté des monts Nimba et du côté libérien. Parlant du mont Gban, c’est le cœur du domaine vital des chimpanzés et le nid. Le groupe de chimpanzés sont multi mâles et multi femelles. C’est-à-dire, il y a plusieurs mâles et plusieurs femmes qui s’accouplent entre eux pour donner naissance à des enfants. Par les conditions de la nature, les choses sont équilibrés par la migration des individus généralement. Si vous avez un groupe de chimpanzé où il y a des enfants qui naissent, qui atteignent la puberté, entre 8 et 10 ans, généralement la femelle quitte le groupe natal pour aller se marier dans un autre groupe. Mais, il faut souligner qu’aucune femelle ne quitte son groupe pour rejoindre les chimpanzés de Bossou. Concernant le baptême des chimpanzés, il faut rappeler que ce n’est pas la première fois. Chaque fois qu’un chimpanzé naît, il y a un nom qui est attribué au bébé chimpanzé. Mais cela se fait de façon modeste. C’est la première fois qu’on organise une cérémonie de cette dimension. Tout simplement c’est parce que depuis 8 ans, il n’y a pas eu de naissance de chimpanzé à Bossou. Le dernier né, c’est Fanwa, le mâle qui a aujourd’hui 8 ans. Depuis 2012, soit après huit ans qu’on enregistre une naissance.

A un moment où le groupe est à 7 individus parmi lesquels les trois femelles, on déjà atteint l’âge de la soixantaine, celui de la ménopause. Dans le groupe, il y a une femelle qui est à l’âge de la reproduction, lorsque cet enfant est né, ça nous a donné l’espoir que le groupe ne va pas s’éteindre. », a-t-il expliqué.

Quant à Boniface Zogbila, en sa qualité de chef des guides à Bossou, il lui est revenu l’honneur comme cela est prescrit dans la tradition de la lignée des Zogbila, de donner le nom du bébé chimpanzé le jour du baptême.

« Le nouveau bébé se nomme Fangansy. C’est le troisième enfant qui vient de naître. Flanè, est le premier, le deuxième, c’est Fanwa et Fangansy le nom de celui qui vient de naître. Pourquoi on n’a donné Fangansy ? On était inquiets. Mais nous les scientifiques, nous savons que c’était normal. Le chimpanzé, il faut 9 mois de grossesse. Pour avoir un autre enfant, il faut six à sept ans et on était inquiets pour ne pas que la femelle quitte le groupe pour rejoindre un autre groupe. Dans le dialecte Mano, Fangansy veut dire prendre le courage. »

Pour sa part, le commandant Jimmy Zoh Patrice, chef secteur de l’Office ivoirien des parc et réserve de Nimba pour la gestion des aires protégées, est revenu sur les raisons de sa présence à Bossou.

« Nous partageons les massifs forestiers des monts Nimba avec nos voisins notamment, la Guinée et le Liberia. Toute activité qui touche la Guinée, c’est notre devoir d’être présent… Aujourd’hui, nous sommes-là pour des primates.  lI était de notre devoir d’assister au baptême  du bébé chimpanzé. Vu les conditions qui nous ont été mentionnées, notre présence était très utile », a déclaré ce responsable ivoirien.

De son côté, Christophe Gono du service immigration du Liberia, a affirmé toute sa joie d’avoir assisté à ce baptême du bébé chimpanzé.

Facebook Comments