Installation des exécutifs communaux : « trahie » par le RPG à Boké, l’UFR n’entend pas se laisser faire à Matam

octobre 14, 2018 10:24
0

L’installation des exécutifs communaux marque l’actualité au niveau des états-majors des partis politiques. Après la commune urbaine de Boké où l’Union des Forces Républicaines (UFR) dénonce le non-respect de l’accord signé entre elle et le RPG, le parti de Sidya Touré n’entend pas se laisser faire dans la commune de Matam.

Lors de son assemblée générale hebdomadaire du samedi 13 octobre, les responsables du parti ont invité leurs élus de Conakry à rester alerte et s’opposer à toute manipulation qui viserait à donner la commune qui abrite le siège du parti à une autre formation politique.

 D’entrée de jeu, le député Ibrahima Bangoura, vice-président de l’UFR, a invité la jeunesse du parti à faire sien le combat politique pour un vrai changement avec l’arrivée au pouvoir de Sidya Touré en 2020.

 Parlant de l’installation des exécutifs communaux qui a débuté le 6 octobre à Boffa, le député a expliqué que le parti a connu des difficultés dans l’installation de ces conseillers dans plusieurs circonscriptions de la Basse côte et à quelques endroits du pays. « Nous dénonçons le fait qu’ici, en Basse Guinée l’accord entre le RPG et l’UFR n’a pas été correctement exécuté », a déclaré Ibrahima Bangoura.

 Dans l’accord, a rappelé pour sa part Ahmed Tidiane Sylla, responsable de la communication de l’UFR, le RPG et l’UFR devaient se soutenir dans certaines circonscriptions où l’un ou l’autre parti serait en position de force. « Il y a ces derniers temps des endroits où il y a des agitations. Aujourd’hui à Boké, le pouvoir ne veut pas respecter les accords avec l’UFR. Il y a eu violation alors que dans l’accord que nous avons eu, l’UFR doit avoir la mairie de Boké », a-t-il dénoncé.

 Tidiane Sylla a déploré le non-respect de l’accord par le parti au pouvoir avant d’alerter sur l’installation de l’exécutif de la commune de Matam : « Nous avons respecté notre part d’engagement. Lorsque vous respectez votre part d’engagement, il est important que l’autre partie respecte l’engagement qu’elle a pris. Et les agissements qui sont en train de se faire dans les communes de Conakry qui ne sont pas installer d’abord, on alerte par rapport à cela. Il faut que nos conseillers restent alertes. Selon l’accord que nous avons eu, la mairie de Matam doit revenir à l’UFR. Ça c’est clair et net. Il n’est pas possible qu’on laisse cela. Ces questions ont été tranchées et on ne va pas se laisser distraire. Parce que ces élections locales sont extrêmement importantes pour le parti. Il est important que nous ayons des élus dans les communes. Nous avons des programmes de développement local qu’on est prêt à mettre à la disposition de la population », a souligné le responsable en charge de la communication de l’UFR.