Installation du comité de pilotage du procès 28 septembre : Les victimes préfèrent être vigilantes

0
803

Les victimes des violences meurtrières du 28 septembre 2009 attendent beaucoup du comité de pilotage qui devrait permettre la tenue rapide du procès qu’ils réclament depuis près de dix ans. Alors, même si elles sont contentes de la prise de fonction de ce comité – intervenue vendredi 1er juin – elles préfèrent être prudentes et vigilantes. C’est du moins ce qui ressort de la réaction d’Asmaou Diallo, présidente d’AVIPA (Association des Victimes et Parents du 28 septembres) face à l’installation du Comité ce vendredi.

« Je voudrais dire au nom de toutes les victimes qu’on est vraiment satisfait du processus qui commence à aller de l’avant », a d’abord exprimé la présidente d’AVIPA.

Asmaou  dira ensuite que leur rôle, c’est de continuer à veiller.  « On ne peut pas resté à côté et penser que tout est acquis…Il faut que le dossier du 28 septembre soit jugé pour que la Guinée puisse retrouver la voie normale. Parce qu’on est dans une obscurité totale », a-t-elle poursuivi.

Grand soutien des victimes, l’ONG OGDH  a également félicité l’installation du comité de pilotage. « Nous lançons un appel au comité pour qu’il soit diligent afin qu’on puisse aller au procès le plus rapidement possible », a plaidé Elhadj Malal Diallo, vice-président de l’OGDH (Organisation Guinéenne des Droits de l’Homme), une des organisations partenaires de la FIDH (fédération internationale pour les droits de l’homme) en Guinée.

Le défenseur des droits de l’homme reste dans sa peau, même s’il soutient les victimes en tant que partie civile. « Il est vrai que  nous sommes avec les victimes, et nous sommes partie civile, mais en tant que défenseurs des droits de l’homme, nous tenons à la présomption d’innocence comme nous tenons à la prunelle de nos yeux », a précisé M. Diallo. En faisant cette précision, il a voulu souligner qu’il ne s’agit pas de faire de n’importe quoi, mais d’aider à ce que la vérité se manifeste. « Il faut que chacun en ce qui le concerne soit condamné ou acquitté en fonction de la conviction de la justice », a souhaité le défenseur de droits de l’homme.