Instrumentalisation de la Justice : Cellou porte de graves accusations contre Alpha Condé

0

« Alpha Condé a inféodé toutes les institutions, la justice est à son service. C’est lui qui dicte les verdicts, c’est lui qui dicte les chefs d’accusations et les verdicts sont rendus en dehors de toute l’égalité »

Le président de l’UFDG, Elhadj Mamadou Cellou Dalein Diallo, accompagné d’une forte délégation, a rendu visite ce samedi 20 février à la famille biologique de l’ancien maire de Kindia, Abdoulaye Bah, dans le quartier Wondima, dans la commune urbaine de Kindia. Celui-ci est détenu à la sûreté de Conakry en attendant son procès.

« J’étais à Mamou depuis avant-hier pour prendre part aux obsèques d’Elhadj Alphadio Serindé de l’Union des forces démocratiques de Guinée et j’ai décidé de m’arrêter dans la famille d’Abdoulaye Bah pour apporter à son père, à sa mère et à sa femme, les soutiens et la solidarité de l’Ufdg dans l’épreuve que la famille traverse. Car, comme vous le savez, Abdoulaye Bah est illégalement détenu pratiquement depuis la fin du scrutin du 18 octobre 2020. Il est tout à fait normal que je vienne dans cette famille pour apporter la solidarité et le soutien de l’ufdg », a déclaré à la presse locale le président du principal parti d’opposition au régime d’Alpha Condé.

Il a ensuite expliqué les raisons du retrait des avocats dans l’affaire des détenus politiques qui croupissent toujours à la Maison centrale de Conakry.  « S’il n’y a pas de procès, vous savez Alpha Condé a inféodé toutes les institutions, la justice est à son service. C’est lui qui dicte les verdicts, c’est lui qui dicte les chefs d’accusations et les verdicts sont rendus en dehors de toute l’égalité. Donc, c’était tout à fait normal que les avocats qui sont spécialistes du droit, décident de ne pas venir avaliser et légitimer vraiment cette instrumentalisation de la justice », a dénoncé l’ex Premier ministre.

Poursuivant son intervention, Elhadj Mamadou Cellou Dalein Diallo a réaffirmé son engagement à défendre sa victoire tout en passant à la vitesse supérieure :

 « je l’aurai dit que le parti reste debout. Je viens de Mamou, on sent partout que l’Ufdg, contrairement à ce qui se dit et à ce que nos adverses pensent, l’Ufdg reste la première force politique du pays. Nous avions eu l’opportunité de le prouver à l’occasion de ce scrutin du 18 octobre. Parce qu’on a largement gagné dans les urnes et que les gens restent mobilisés. La victoire sera de notre côté. Nous nous battons pour l’instauration d’un Etat de droit. Les principes et les règles de la démocratie et de l’Etat de droit sont violés de manière récurrente. L’arrestation de mes collaborateurs… »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.