« Instrumentalisation du Covid-19 » : le FNDC menace de mettre un terme à sa trêve

0
822

Depuis la tenue des élections législatives et référendaire le 22 mars, le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) n’a pas organisé des manifestations. Cette trêve est due à la pandémie de Coronavirus dont le premier cas a été enregistré le 12 mars. Mais le FNDC menace de mettre fin à cette trêve, puisqu’il accuse le gouvernement d’avoir instrumentalisé la crise sanitaire à des fins politiques.

« Le FNDC constate avec consternation l’insouciance et l’irresponsabilité grandissante du Gouvernement Guinéen qui est en train d’instrumentaliser la crise sanitaire due au Covid-19 à des fins politiques », a indiqué le FNDC dans un communiqué rendu public le 7 avril.

La structure dirigée par Abdourahmane Sano dénonce l’arrestation de plusieurs de ses membres, alors qu’au niveau international, on demande la libération des prisonniers pour éviter de favoriser la propagation du Covid-19 : « Depuis le 22 mars dernier, le Gouvernement guinéen a accentué les arrestations des opposants au troisième mandat dans les quartiers de Conakry et dans certaines villes du pays, alors que la tendance actuelle au niveau international est la libération massive des détenus pour minimiser le risque de propagation du Coronavirus.  En outre, dans un communiqué datant du 5 avril, le ministre de la Justice a exigé que tous les candidats proclamés élus à l’issue de la mascarade électorale du 22 mars dernier se fassent dépister au Covid-19. Ceci, dans la perspective inavouée de procéder à l’installation de ces 114 imposteurs en manque de légitimité. »

Cela suffit pour convaincre le FNDC que la lutte contre la maladie est fortement politisée. D’où sa menace : « Le FNDC prend donc acte de la politisation à outrance de la lutte contre la propagation du Coronavirus et considère que l’arrestation de ses membres et sympathisants est une provocation qu’il ne saurait tolérer.  Le FNDC se réserve le droit de réagir contre ces agissements de M. Alpha Condé et de son Gouvernement. Par conséquent, nous mettrons tout en œuvre pour faire respecter l’ordre constitutionnel, quitte à suspendre la trêve que nous nous sommes imposée à cause du Coronavirus. »

Les opposants à la nouvelle Constitution déjà promulguée par le Chef de l’Etat, demandent à leurs militants à Conakry et à l’intérieur du pays de se mettre en ordre de bataille en vue du déclenchement des actions d’envergure, qui pourraient intervenir à tout moment.

« Le déclenchement de ces actions dépendra de la prise de conscience du Gouvernement qui devrait faire preuve de responsabilité en arrêtant immédiatement ses démarches d’aggravation de la crise politico-sanitaire et en libérant sans délai les membres du FNDC arrêtés à ce jour », a fait savoir le FNDC.