Intégration sous-régionale: vers la biométrisation du registre national d’identification en Guinée

août 13, 2018 2:53
0

Du 10 au 13 août 2018, la ville de Boké a servi de cadre à une retraite de réflexion portant sur le programme d’identification unique pour l’inclusion et l’intégration en Afrique de l’Ouest (WURI).

Selon Ibrahima Sory Keïta, Conseiller du Premier ministre en Télécoms et Economie numérique, chargé des opérations WURI, cette retraite a pour objectif de partager avec les autorités locales, déconcentrées et décentralisées, le projet sur le Système d’identification (SID). Un projet sous-régional qui s’applique aux populations de la zone CEDEAO.

S’agissant du choix de Boké pour accueillir cette rencontre, le Conseiller du Premier ministre, l’explique par le fait que cette région est une zone minière qui symbolise l’émergence de la Guinée et présente en même temps, les plus grands risques d’exclusion.

Rappelant l’objectif du programme WURI à savoir, attribuer à chaque résident en Guinée et aux Guinéens de l’étranger, un numéro d’identification unique reposant sur la biométrie, Dr Himi Deen Touré, Coordonnateur technique du projet WURI a laissé entendre que ce programme devrait à terme, « permettre d’identifier tous les résidents en Guinée afin de pouvoir leur faciliter l’accès aux services qui leur sont réservés ou fournis par le gouvernement guinéen et également par les services privés ».

Pour y arriver, les différents acteurs des services concernés à savoir les ministères de l’Administration, de la Santé, de la Justice, de la Sécurité, des Télécommunications, du Plan… ont passé en revue plusieurs thématiques s’inscrivant dans le cadre de la mise en œuvre effective du programme WURI. Ce sont, entre autres, le renforcement du cadre juridique et institutionnel, la mise en place du système d’identification ainsi que l’accès aux services.

Placé sous la tutelle de la Primature, le programme WURI, soulignons-le, est un important projet financé par la Banque Mondiale avec de multiples retombées aussi bien pour la Guinée que la CEDEAO. Cela à travers la mise en place d’un registre national d’identification ainsi que le développement de l’économie numérique et de la gouvernance électronique.