Interconnexion énergétique: le site ciblé par l’OMVG à Labé au cœur d’un litige

mars 17, 2019 10:21

Le site choisi par l’organisation de la mise en valeur du fleuve Gambie (OMVG) pour abriter les lignes de hautes tensions dans le cadre de l’interconnexion des pays membre de l’organisation, est sujet de vifs litiges aujourd’hui. Ce domaine  de 8 hectares, situé dans la sous-préfecture de Garambé, à l’ouest de la ville de Labé, a été vendu par les coutumiers à des citoyens qui trouvent insignifiant le montant proposé pour les indemnisations.

Mamadou Saïdou Diallo, l’un des occupants des zones litigieuses, revient sur la genèse de la situation: «au début, on nous avait demandé de venir nous faire recenser. A la suite de cela, ils ont promis de nous indemniser soit en nous donnant de l’argent ou des parcelles tout en tenant compte des investissements réalisé sur chaque terrain. Ce jour, on nous a donnés des récépissés tout en nous demandant d’attendre le lancement du projet. Par la suite, ils ont tout annulé. Car à l’arrivée des missionnaires de l’OMVG, on nous a convoqués pour nous dire qu’ils vont juste nous donner des montants symboliques qui varient entre 1 500 000 GNF et 1 700 000 GNF. Mais beaucoup d’entre nous avaient rejeté ce montant. Parce que moi personnellement j’avais clôturé mes deux parcelles et j’y avais construit une annexe et un basin sans oublier que j’ai acheté les deux parcelles à 30 millions GNF.»

Interpellé, le préfet de Labé El Hadj Safioulaye Bah a tenu à mettre les points sur les i.  «En 2009, le président Dadis avait pris un décret indiquant que cette partie est une zone réservée pour l’implantation du transfo et des lignes dans le cadre des travaux de l’interconnexion entre Kaléta, Labé, Mali jusqu’au Sénégal. Il a été dit dans le décret que l’Etat Guinéen et l’OMVG vont dédommager ceux qui occupent ces parcelles avant 2019. C’est-à-dire que l’OMVG va rembourser l’investissement effectué sur les parcelles et l’Etat Guinéen va donner d’autres parcelles mais qu’il n’y aura pas d’argent. Après les enquêtes, ils ont évalué les investissements de chacun et ils sont revenus en 2017 pour rembourser les personnes concernées. Mais certains d’entre eux, veulent avoir un plus sur le prix d’achat de leur terrain. Sinon pour éviter des conflits, personnellement j’ai pris l’engagement de les aider afin qu’ils soient recasés. Car, c’est en connaissance de cause que les habitants de Garambé qui savent que c’est une zone réservée de l’Etat, ont vendu ces parcelles. On a ainsi exigé aux habitants de Garambé de chercher des terrains pour recaser ces personnes. Au pire des cas, les personnes concernées porteront plainte contre ceux qui les ont vendu le domaine de l’Etat», a précisé le préfet de Labé.

Aux dernières nouvelles, apprend-on, le ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation aurait été saisi par les autorités préfectorales de Labé.