Interdiction de la chicha en Guinée : le chef des tenanciers de bars dénonce la mesure

0
518

Les ministères en charge du Budget, du Commerce et de la Sécurité ont annoncé, hier mercredi 6 janvier 2021 via un arrêté conjoint, l’interdiction, l’importation, la commercialisation et la consommation de la chicha en Guinée.

Joint par Guinéenews, le président de l’Association des tenanciers des motels, des bars, des restaurants et des night-clubs, nous a fait état de sa surprise tout en rappelant que ‘’les autorités auraient pu associer les concernés avant toute prise de décision’’. Lisez plutôt sa réaction !

« J’ai reçu la décision comme tous les Guinéens. Le gouvernement de la République de Guinée a un sérieux problème. Quand il s’agit d’une prise de décision, il faut toujours associer l’entité concernée. Il s’agit de les informer du bien-fondé de la décision. Je ne suis pas contre une loi ou une décision qui s’inscrit dans la logique de l’épanouissement de la population. Si la chicha est devenu encombrant et nuisible pour la société, c’est normal qu’on l’arrête mais pas de manière brute.

 Les autorités devraient donner un temps aux gens afin qu’ils se préparent pour abandonner la chicha. Dans ce cas, les uns et les autres comprendront le bien-fondé de la décision. Elles (les autorités) ignorent que ce sont des Petites et Moyennes Entreprises (PME) qui sont les plus concernées par cette décision. Ce n’est pas tous les shishas qui sont nuisibles à la santé. Il y a des gens qui ont investi des millions de francs guinéens, ils n’ont pas encore recouvré leur argent. Qu’est-ce qu’ils vont devenir ? Que l’Etat accepte d’associer toujours dans sa prise de décision les tenanciers des bars, motels et night-clubs. 

Dans un passé récent, la vente et la consommation de la chicha étaient interdites. Ce sont les autorités, elles-mêmes, qui sont revenues sur leur décision. Si elles doivent encore revenir sur la même décision, elles auraient pu associer les concernés. 

Nous allons essayer de rencontrer les autorités notamment les ministères du Commerce et de la Sécurité pour revoir la situation afin de bien comprendre pourquoi la chicha devait être interdite en Guinée. Comme l’Etat est fort, nous allons voir ensemble pour que ce qui ont investi, ne perdent pas aussi parce qu’il s’agit des jeunes entrepreneurs », a-t-il expliqué