Interdiction de la marche des Forces sociales à Labé: cacophonie au sommet de la délégation spéciale

juillet 25, 2018 10:59
0

Après l’annulation la semaine dernière de la marche des Forces sociales de Labé par le Secrétaire général chargé des collectivités décentralisées auprès de la préfecture de Labé, cette fois-ci c’est la délégation spéciale qui vient d’annuler la marche de ce jeudi 26 juillet 2018. Une décision jugée unilatérale par certains délégués communaux rencontrés par la rédaction locale de guinéenews.

Quoiqu’il en soit les Forces sociales de Labé se plient à cette autre décision des autorités communales. Elhadj Lamine Sangaré, porte-parole du mouvement apporte des clarifications : «c’est effectif, ce n’est pas interdit mais ils ont demandé qu’on reporte notre marche compte tenu de l’affluence de nos pèlerins qui se dirigent vers Conakry. Donc, cela est un motif que nous considérons valable. Ils ont aussi parlé de malades graves. En tout cas, ils ont argumenté et nous avons pris acte de cela et nous reportons à plus tard la marche », soutient-il.

Un motif rejeté par certains délégués communaux comme Mamadou Aliou Laly Diallo qui parle de décision unilatérale : «Je dirais que cette décision n’engage pas l’ensemble des conseillers de la délégation spéciale de Labé. Personnellement, j’ai été informé que cette fois-ci les Forces sociales ont adressé un courrier à la délégation spéciale. Chose que j’ai trouvée tout à fait normale. Ce report est une décision qui ne concerne peut-être que le président ou le vice-président, je ne sais pas. Personne ne m’a parlé d’une éventuelle réponse demandant aux Forces sociales de reporter leur marche. Donc, c’est ce qui m’amène à dire que c’est une décision unilatérale.»

Face à cette confusion, les Forces sociales de Labé commencent à émettre des réserves.

«Nous comprenons que c’est une façon d’étouffer le mouvement. Mais qu’à cela ne tienne, nous ne nous découragerons pas. Parce que ce n’est pas le seul moyen pour exprimer le ras-le-bol. Aujourd’hui, quand vous voyez l’adhésion des travailleurs et tous les citoyens de Labé au mouvement, vous comprendrez qu’interdire une marche ce n’est qu’un coup d’épée dans l’eau », le porte-parole des Forces sociales de Labé.