Interpellation de Mara de l’UGTG: le SLECG de Soumah apporte son soutien au syndicaliste

mai 15, 2018 9:16
0

Après l’Unité d’Action Syndicale, le SLECG (Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée), dirigé par Aboubacar Soumah vient d’apporter son soutien à Aboubacar Sidiki Mara, Secrétaire général adjoint de l’UGTG (Union Générale des Travailleurs de Guinée). C’était en marge de son assemblée extraordinaire qu’il a convoquée ce mardi 15 mai à Donka.

 Selon Aboubacar Soumah, le camarade Sidiki Mara de l’UGTG a été « enlevé » nuitamment à 3 heures alors qu’aucune loi ne dit d’arrêter un citoyen encore moins un syndicaliste à des heures tardives. «A partir de 18 heures, on ne doit plus arrêter un citoyen. Les autorités se permettent d’enlever un citoyen de surcroit, un syndicaliste à trois heures du matin. Alors levons nous pour défendre nos droits et nos libertés. Nous soutenons et nous soutiendrons le camarade Mara jusqu’au bout», a-t-il lancé.

A en croire le Secrétaire général du SLECG, le seul et unique crime commis par Aboubacar Sidiki Mara, a été le fait que les travailleurs se sont désaffiliés de l’inter-centrale USTG-CNTG pour s’affilier à l’UGTG. «Sidiki Mara n’a rien fait du mal. Le fait seulement de copter des travailleurs des sociétés minières à Boké qui étaient avec l’USTG et la CNTG, les responsables de ces centrales ont dit au chef de l’Etat que le jeune Mara est en train de semer le trouble dans la cité minière. Tenez-vous bien, ce sont des syndicalistes qui demandent l’arrestation d’un autre syndicaliste», a-t-il regretté.

 Plus loin, Aboubacar Soumah a révélé que ces centrales syndicales n’ont jamais agi pour une augmentation des salaires des travailleurs. Il a précisé que les revendications ont été toujours portées par l’inter syndical SLECG-FSPE, deux fédérations syndicales qui sont sur le terrain de l’Education. Pour lui, à l’heure actuelle, la FSPE est morte. C’est pourquoi les autorités veulent la faire ressusciter, accuse-t-il.

«Les syndicalistes qui se réclament défenseurs des travailleurs, crient partout que ce sont eux qui ont donné les 40%. Depuis qu’ils sont à la tête de ces centrales syndicales, ils n’ont jamais fait obtenir une augmentation de salaire. Ce sont toujours la FSPE-SLECG  qui se sont toujours battus après les autres travailleurs bénéficient. La preuve, il a fallu l’inter syndical FSPE-SLECG pour que l’inter-centrale syndicale CNTG-USTG soit née. Aujourd’hui, l’inter syndical n’existe plus, seul le SLECG défend tous les enseignants. C’est pourquoi, l’Etat est en train de reconstituer la FESPE que nous considérons comme des machinations. Parce que ces syndicalistes sont prêts à être manipulés pour nous barrer le chemin. Nous n’allons jamais accorder ce temps parce que la FSPE est morte. La FSPE et la CNTG sont à la solde du gouvernement, ce sont des outils du gouvernement. Partout où vous voulez défendre les travailleurs, ce sont eux qui se mettent en travers…», a-t-il  dénoncé.