Interpellation du maire de Konkouré : Le sous-préfet se défend d’en être l’instigateur

0
495

Accusé d’être à la base de l’interpellation de Thierno Souleymane N’diaye, maire de la commune rurale de Konkouré, le sous-préfet Thierno Amadou Bah est sorti de son silence pour apporter sa version des faits. Rejetant en bloc les accusations portées contre sa personne.

 Le sous-préfet a essayé dans son plaidoyer  de revenir sur la genèse du problème. « En 2018, le président du district de Bilimi missidé s’était plaint contre Thierno Souleymane N’diaye pour des injures. Nous avions pu arranger cela à l’époque. Cette année, le même président de district s’est plaint de nouveau des injures suite à la formation des membres des bureaux de vote. Il a dit que Thierno Souleymane N’diaye a envoyé des jeunes pour l’insulter et lui proférer des menaces. Dans le village de Meligara aussi, un citoyen qui s’appelle Saliou a informé l’enseignant de la localité que Thierno Souleymane N’diaye leur a dit que si ce n’est pas lui qui ordonne qu’il y ait vote, aucun vote n’aura lieu ici. Cet enseignant nous a informés aussi que la communauté a dit qu’il ne va pas être payé, parce qu’il a participé à la distribution des cartes d’électeurs. C’est ainsi que j’ai pris le problème en mains. Le maire a été convoqué à la gendarmerie de Konkouré. Puis le colonel Bakary de la gendarmerie de Mamou s’est saisi du problème. J’ai sollicité régler le problème à mon niveau. J’ai convoqué une réunion le samedi dernier pour arranger le problème. A l’issue de cette rencontre, nous avons décidé d’aller le vendredi prochain à Bilimi Missidé pour régler définitivement le problème. Le dimanche, le maire m’appelle pour me dire qu’il n’est pas d’accord. Il faut qu’ils poursuivent le problème en justice. C’est lui-même qui est parti à la gendarmerie pour  se constituer prisonnier.  Arrivé à la gendarmerie hier mardi, il me dit ‘’ton prisonnier est là’’. Je lui réponds ‘’ne m’accuses pas’’. Il lance ‘’tu as toujours été chassé’’. Je lui réponds ‘’peut-être c’est toi qui sera chassé’’. Il est parti à la gendarmerie pour nous ternir, mais Dieu est là », soutient Thierno Amadou Bah, sous-préfet de Konkouré.

Ce mercredi 4 mars, le maire de Konkouré passera sa deuxième nuit en garde à vue à la gendarmerie de Mamou.