Introduction de N’Ko dans le système éducatif guinéen : voici les préalables

juillet 5, 2019 11:38

La proposition de loi relative à la protection, promotion et valorisation des langues et cultures guinéennes à travers l’introduction de l’alphabet Nko dans le système éducatif guinéen était l’un des points inscrits à l’ordre du jour de la plénière des parlementaires de ce jeudi 4 juillet 2019.

Parlant au nom du président de la commission Education, Fodé Bokar Maréga, empêché, le deuxième vice-président de ladite commission, Babara Fofana, a étalé à ses pairs cette proposition de loi susmentionnée. Sauf que l’examen de celle-ci, en vue de son adoption, a été reporté pour la prochaine session.

Mais avant, le président du groupe parlementaire RPG Arc-en-ciel a développé les enjeux de cette introduction de l’alphabet Nko en ces termes :

« Après les explications de nos collègues, je proposerai et je suis convenu avec l’auteur de la proposition que la loi sur la l’alphabet Nko devait avoir deux étapes : une première étape, c’était d’abord la reconnaissance de l’écriture comme une écriture nationale et certainement par voie réglementaire, implémenter comment elle pouvait être enseignée dans les écoles, même s’il y a plus d’une dizaine d’universités dans le monde qui l’enseignent déjà. Mais, j’aurai suggéré humblement avec votre acceptation, Monsieur le président qu’on reporte l’étude de ce projet de loi à éventuellement une session de Loi des finances rectificative qui pourrait avoir lieu d’ici septembre, le temps d’écouter suffisamment les techniciens du ministère de l’Education pour pouvoir mieux travailler le texte et l’adopter », a suggéré le président du groupe parlementaire de la majorité.