Journée de manifestation: le traffic routier quasi-inexistant aux carrefours Cosa et Nongo

0
462

L’appel à manifester lancé par le front national pour la défense de la constitution, se présente plutôt comme une journée ville morte à Cosa et environs. Entre 6h 30 min et 7h 30 min, le tronçon Cité Enco 5- Bameto, en passant par Cosa, l’ambiance est digne d’une journée ville morte…

Il n’y a pas manifestation pour l’instant mais pas non plus de traffic routier. Rues complètement désertes, quelques véhicules, pour la plupart des personnels, avec quelques rares  motos taxis dont le service est au plus offrant. Tout le contraire d’un lundi ordinaire sur cette bouillante partie de la banlieue de Conakry.

Le long de la chaussée, tout de même quelques travailleurs en quête de taxi,  parfois malgré eux. Au carrefour Cosa, un pick-up de police avec une vingtaine d’agents visiblement prêts à entrer en action. A côté, trois  citoyens attendent une occasion pour aller au travail.

C’est le cas de M. Barry qui accepte de se prêter à nos questions. Il essaie d’émettre un appel téléphonique d’abord, mais sans succès.

Au micro de Guineenews, il dit être sorti pour éviter que son salaire soit imputé.
Autrement dit, il ne serait pas sorti s’il en avait le choix, précise-il.

De l’autre côté de la rue, la station-service est fermée. Un en plus en bas vers Petit Simbaya, les taxis qui desservent habituellement le tronçon Cosa-Nongo introuvables à leur lieux de Stationnement…

A Nongo, au carrefour où la transversale T3 se joint à la route de Lambanyi, le traffic est un peu mieux. Mais là encore plus de véhicules personnels que de taxis…

En cours de route, quelques traces de pneus brûlés la nuit mais la chaussée dégagée pour les rares engins en circulation…

Nous y reviendrons