Journée internationale des droits de l’homme : Le PM annonce la tenue du procès du 28 septembre en 2020

0
1129

A l’occasion de la célébration de la Journée Internationale des Droits de l’Homme, nous vous livrons l’intégralité du discours prononcé par le premier ministre Kassory Fofana. Lisez !

Mesdames et Messieurs les Représentants des Institutions Républicaines ;

Mesdames les Messieurs, les membres du Gouvernement ;

Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs accrédités en Guinée ;

Monsieur le Coordonnateur du Système des Nations Unies en Guinée ;

Monsieur le Représentant du Haut-Commissaire des Nations Unies et des Droits de l’Homme en Guinée ;

Mesdames et Messieurs les Représentants des organisations de la Société civile ;

Chers invités ;

Mesdames, Messieurs en vos rangs, titres et grades respectifs.

Permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue à l’occasion de la célébration de la Journée internationale des droits de l’homme. Par ma présence à cette célébration, le Gouvernement tient à illustrer sa détermination à faire avancer la situation des droits de l’homme en Guinée.

C’est le lieu de souligner le travail appréciable réalisé cette année par mon Gouvernement notamment par :

1. le Ministère de l’Action Sociale et l’Assemblée nationale pour l’adoption d’un Code de l’Enfant révisé ;
2. le Ministère de la Citoyenneté et de l’Unité Nationale pour l’adoption de la Stratégie Nationale de Prévention des Conflits, de la Lettre de Promotion et de Protection des droits de l’homme et du 3ème rapport de l’Examen Périodique Universel (EPU).


Ainsi, peut-on dire que l
e travail pour renforcer les droits de l’homme est, une partie intégrante du Programme de société du Président de la République, le Professeur Alpha Condé qui depuis son accession à la Magistrature suprême fait accomplir des avancées importantes sur la voie de la promotion et de la protection des droits de l’homme.

J’évoquerai pour preuve, le dispositif juridique et institutionnel impressionnant dont le pays s’est doté en matière des droits de l’homme. Au cours de ces dernières années, le Code pénal, le code de procédure pénale, le code de l’Enfant, le Code civil, le code de justice militaire ont tous été revisités et parfois ont fait l’objet deréformes profondes à des fins d’adaptation aux exigences des temps modernes et de l’évolution de la société.

Sur le plan institutionnel, toutes les institutions nécessaires au bon fonctionnement de l’Etat ont été mises en place notamment, la Cour Constitutionnelle, l’Institution Nationale Indépendante des Droits Humains (INIDH) et le Médiateur de la République ont été redynamisés afin de leur permettre de jouer pleinement leur rôle de promotion et de protection des droits de l’homme.

Mesdames et Messieurs,

Chers invités,

Nous sommes conscients que le travail ardu pour les droits de l’homme, ne peut être gagné que s’il s’inscrit dans un cadre plus large de transformation politique et économique de lasociété.

Au cours de ces dernières années, le Gouvernement a mis les jeunes et les femmes au centre de ses préoccupations et de ses actions et a déployé des moyens importants pour favoriser l’emploi et les programmes d’autonomisation. De ce point de vue, nous estimons que le thème de cette année « Jeunes défendez les droits de l’homme » de la Journée internationale de droits de l’homme trouve toute sa pertinence et sa portée dans l’action du gouvernement.

Je tiens à cet égard, à donner l’assurance que le Gouvernement reste engagé et résolu :
dans la mise en œuvre des recommandations de l’Examen Périodique Universel (EPU) 2020 ;

dans traitement du dossier des évènements du 28 septembre 2009 en vue de la tenue effective du procès ;
dans les enquêtes relatives aux pertes en vies et autres incidents  survenus lors des récentes manifestations à Conakry et dans différentes villes de l’intérieur du pays ;
et par ailleurs dans la protection de l’exercice des libertés publiques de manifestations,d’expression et d’opinion.

Enfin, notre engagement pour l’amélioration de la situation des droits de l’homme, couvre également le droit au développement et l’ensemble des questions des droits économiques, sociaux et culturels, notamment :       le droit à la santé, à un cadre de vie sain, la salubrité publique, à l’emploi et au travail, à l’alimentation, à la parité et l’égalité du genre. L’autonomisation de la femme, la lutte contre le VIH/SIDA et d’autres pandémies et la protection des enfants sont des préoccupations au cœur des actions de notre Gouvernement.

Mesdames et messieurs ;

Je terminerai mes propos par un appel pressant au dialogue et à la cohésion sociale. Tous les guinéens doivent se mobiliser comme un seul homme pour incarner les valeurs qui nous sont communes, et réaffirmer haut et fort notre refus de la désarticulation sociétale ou tous actes ou propos qui divisent et déshumanisent et sèmentla haine au sein de la société. Il y va de l’avenir de notre maison commune : la Guinée.

Vive les droits de l’homme,

Vive la coopération internationale ;

Je vous remercie de votre aimable attention.