Journée internationale des PH : Kassory Fofana annonce des mesures spécifiques…

0
293

Souvent victimes de préjugés et des stéréotypes dans la société et dans l’administration publique,  les personnes vivant avec un handicap ont, à l’occasion de la journée internationale consacrée aux personnes handicapées, célébrée le 3 décembre de chaque année, appelé le gouvernement à l’application des textes de lois relatifs à leur protection et à leur promotion.

Ainsi, le représentant des personnes vivant avec un handicap, Alpha Boubacar Diop, est revenu sur le thème choisi cette année qui est « autonomiser les personnes handicapées (PH) en assurant leur inclusion et en garantissant l’égalité des chances pour tous ». A cet effet, il dira que l’objectif de la fête de cette année est d’examiner les moyens par lesquels les personnes handicapées peuvent éradiquer toutes les formes de discriminations et d’intolérance à leur égard et à promouvoir  un développement équitable et durable comme prévu dans l’agenda 2030 des Nations-Unies.

Selon M. Diop, « on peut estimer que le handicap fait partie de la diversité humaine comme les diversités des races, des ethnies, etc ».

En plus, le porte-parole des PH sollicite à l’Etat la mise en place du Conseil national des handicapés, la promotion de leur représentation effective à la prise des décisions y compris au niveau du gouvernement. Car, explique-t-il, la Guinée « est le seul pays de la sous-région voire du continent qui ne compte aucune personne handicapée au gouvernement et dans les autres structures de prise de décision ».

Aujourd’hui, ajoute-t-il, l’Etat doit œuvrer pour le renforcement des capacités opérationnelles  des organisations faîtières  des personnes handicapées afin de leur permettre de jouer pleinement leur rôle en accompagnant son gouvernement dans ses efforts. Enfin, il sollicite l’implication du chef de gouvernement, Kassory Fofana dans le cadre de l’engagement d’une centaine d’étudiants handicapés diplômés dont le dossier souffre encore au niveau des services techniques du ministère du Budget

Par ailleurs, la ministre de l’Action sociale et de la promotion féminine, Mariama Sylla, dira que « l’espoir renaît ». Et d’ajouter qu’elle est « une mère de famille comblée à l’idée de voir qu’une cible en crise de reconnaissance administrative et de repli identitaire, de difficultés d’intégration, commence à bénéficier dans les intentions et les actions de l’attention des autorités publiques, des partenaires techniques et du secteur privé. Le handicap est très injustement confondu à des notions désobligeantes comme la mendicité ou la facilité, etc. nous allons ensemble fournir l’effort de défaire les préjugés et stéréotypes et nous approprier des textes législatifs ».

Mme Diaby Mariama Sylla a rappelé que « aucun être humain n’a choisi les conditions de sa naissance. La stigmatisation dont sont victimes les personnes handicapées est en contraste avec les droits universels dont les 70 ans sont célébrés cette année. Chacun peut tomber dans le handicap indépendamment de la position sociale ou des avoirs économiques. Nous gagnerons mieux à développer des stratégies conjuguées  d’intégration ».

Dans la même lancée, le directeur pays du PNUD a déclaré que « une société inclusive est une société qui défend les droits et la dignité de chaque citoyen, qui rend autonome chaque femme et chaque homme afin qu’il ou elle participe pleinement à toutes les dimensions de la vie sociale, politique et culturelle. Et les personnes vivant avec handicap ont ce droit d’être des membres à part entière de notre société en tant qu’agents actifs du développement »

De son côté, le Premier ministre, Kassory Fofana, a affirmé que : « il est impérieux d’éduquer, de former, de dynamiser et d’assurer l’insertion sociale » des personnes handicapées. A en croire le chef du gouvernement, « c’est un problème de société qui nous interpelle et concerne tous. Ce que je recommande fortement, que les nouveaux chantiers de voiries urbaines et péri-urbaines, d’édifices publics tiennent compte des conditions spécifiques des PH. Il s’agira notamment de prévoir des rampes d’accès aux trottoirs pour les déficients moteurs. Et pour les déficients sourds, il est temps d’assurer leur pleine participation  par l’interprétation  à l’aide des signes ».

Enfin, Kassory Fofana a promis la mise en place très prochaine de l’Agence nationale d’inclusion économique et sociale qui prendra en compte les préoccupations des groupes vulnérables dont ceux porteurs de handicap.

Faut-il souligner que l’assemblée nationale de Guinée a adopté le 15  mai 2018 la loi portant promotion et protection des personnes handicapées en Guinée suivie de sa promulgation par le président de la République le 30 septembre 2018.