Journée mondiale du Paludisme: la Guinée prévoit de distribuer plus de 8 millions de moustiquaires imprégnées

avril 24, 2019 3:29

La Guinée, à l’instar des autres pays du monde, va célébrer ce 25 avril 2019 à Fria, la journée mondiale du paludisme sous le thème « Zéro Palu, je m’engage ». En prélude à cette célébration, le ministre guinéen de la Santé et de l’Hygiène publique, a fait une déclaration à travers laquelle, il a annoncé que les festivités se tiendront cette année à Fria et seront couplées avec le lancement de la campagne de distribution gratuite de moustiquaires imprégnées.

Selon le Dr Edouard Niankoye Lamah  cette maladie est la cause de la plupart des consultations et de décès dans les structures sanitaires du pays, surtout chez les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans.

Pour y pallier, le département de la santé envisage de distribuer un important lot de moustiquaires. « Plus de 8 millions de moustiquaires imprégnées d’insecticide seront gratuitement distribuées pour couvrir tous les ménages de l’ensemble du territoire national pour un coût total de plus de 35 000 000 dollars US fiancé conjointement par notre pays et les partenaires au développement », fait-il savoir.

Parlant de la stratégie de  distribution, le ministre de la Santé a indiqué qu’il est prévu une moustiquaire pour deux personnes.  Dr Niankoye Lamah  demande en outre l’implication de tout le monde pour vaincre ce fléau. « Nous encourageons vivement la collaboration multi sectorielle qui nécessite l’implication des communautés, de la société civile, du secteur privé et des partenaires au développement », a-t-il  lancé.

Par ailleurs, à en croire au ministre en charge de la santé, des progrès ont été enregistrés dans la lutte contre le paludisme pendant 2018. Pour cela, le Dr Lamah a cité entre autres, « la prévention du paludisme chez plus de 713 mille enfants âgés de 3 à 59 mois grâce à la chimio prévention du paludisme saisonnier dans 13 préfectures ; le renforcement de la coordination des interventions de lutte contre le paludisme à tous les niveaux ; l’intégration des structures sanitaires privées, confessionnelles et services de santé des armées  dans la lutte contre la paludisme ; la disponibilité des intrants antipaludiques dans toutes les structures publiques du pays; l’amélioration de l’utilisation des moustiquaires imprégnées d’insecticides à longue durée d’action; la prise en charge de tous les cas de paludisme diagnostiqués et confirmés  dans toutes formations sanitaires ».

Outre ces acquis, le Département de la Danté a d’autres ambitions. Il envisage à travers le Programme National de Lutte contre le Paludisme de «  réduire la prévalence actuelle de 50 % ; d’assurer la protection d’au moins 90 % de la population avec des mesures de prévention efficaces contre le paludisme; d’assurer une prise en charge correcte d’au moins 90 % des cas de paludisme ».

Pour y arriver, le ministère de la Santé et de l’Hygiène publique entend notamment avec l’appui des partenaires, poursuivre la distribution continue des moustiquaires, impliquer les leaders religieux et les écoliers dans la lutte contre le paludisme, utiliser de nouvelles stratégies de communication basées sur les résultats des enquêtes, réduire considérablement les ruptures de stock de médicaments  et autres intrants de lutte contre le paludisme. Il précise pour finir que ces médicaments et intrants sont donnés gratuitement par le gouvernement guinéen aux services sanitaires.