Journée mondiale du sida : ces propos qui ont fâché le ministre de la santé !

décembre 10, 2018 12:21

En marge de la journée mondiale de lutte contre le sida, célébrée samedi dernier à Conakry, les personnes vivantes avec le VIH/sida, par la voix de leur porte-parole, ont dénoncé les disfonctionnements en matière de prise en charge  des malades du sida.

A l’entame de son propos, il a salué tout d’abord la disponibilité des appareils à charge virale par rapport à  2011 par exemple. « Des appareils qui, malheureusement, ne fonctionnent pas en majorité », a-t-il dit.

« Aujourd’hui, on dispose des compteurs CD4 et des appareils à charge virale mais qui ne sont pas fonctionnels sur presque l’ensemble du territoire national en cette année 2018. On compte une dizaine d’appareils à charge virale qui ne sont pas fonctionnels à part ceux installés à Conakry. A l’intérieur du pays, ils n’existent que par nom par faute d’intrants », a-t-il fait savoir.  Cette année, ajoute-t-il, « nous regrettons amèrement la suppression de l’achat d’ARV dans le BND qui a causé tant de mal à nos membres surtout ceux de l’intérieur du pays. A l’instant où je vous parle, nous sommes en rupture totale des intrants de dépistage qui pourraient mettre en péril la vie de plusieurs personnes », annonce-t-il à l’assistance.

Une sortie qui n’a pas laissé indifférent le ministre en charge de la santé qui voulait certainement entendre une description de la situation en rose. Malgré qu’il ait fini de prononcer son discours, Dr Edouard Lamah s’est précipité sur le parloir pour réagir à ces propos.

Pour Dr Lamah, il n’y a pas eu de suppression de la ligne achat ARV au niveau de son département. « Il a dit lui-même qu’au mois de juin et juillet dernier, il y a eu rupture mais le ministère a rapidement réagi, ce qui veut dire qu’il n’y a pas de eu de suppression de la ligne budgétaire, bien au contraire. Les problèmes qu’on connait, c’est un manque d’organisation, et nous sommes en train de prendre des mesures pour qu’en 2019, on ne prend plus ces risques », réagit le ministre.