Justice : des officiers de police judiciaires interpellés à Kankan

0
623

La salle des audiences, du tribunal de première instance de Kankan, a servi de cadre ce vendredi 9 avril 2021, à une rencontre d’échanges entre les autorités judiciaires et les agents des services de sécurité.

L’objectif était tout d’abord d’interpeller les officiers de police judiciaires (OPJ) de la place, sur de graves manquements constatés dans leur méthode de travail qui n’obéissent pas le plus souvent aux normes procédurales en vigueur, selon le nouveau code pénal guinéen datant de 2016.

Entre autres parmi tant de dysfonctionnements notoires soulignés en marge de cette rencontre, Aly Touré, procureur de la république près le tribunal de première instance de Kankan a insisté surtout les circonstances de convocation des citoyens par les services de sécurité.

« Ce sont des citoyens qui viennent nous montrer des convocations qu’on leur donne, dans lesquelles les OPJ (officiers de police judiciaire),  mentionnent qu’ils doivent se présenter ‘’dès la réception ‘’. Ce n’est pas normal. C’est une violation grave des droits de l’homme. Alors on a dit aux OPJ que cela doit cesser.  Un citoyen doit être convoqué dans un délai raisonnable d’au moins 24 heures. Mais il y a pire, des citoyens sont arrêtés à Kankan ici sans aucune convocation. De plus, notre loi dispose que désormais, tout dépôt de plainte, soit  sanctionné par un récépissé et que la présence des avocats est désormais requise durant toutes les étapes de l’interpellation  notamment durant les auditions. Ce que nos OPJ ici à Kankan, ne respectent pas non plus », a-t-il déploré.

Durant cette  rencontre qui a duré près de 3 heures, il a été aussi question des cas de découvertes macabres qui sont récurrentes de nos jours dans la localité.

«  Chaque semaine, on nous notifie au moins trois cas de découverte macabre. Là aussi, il y a des normes en vigueur mais nous sommes au regret de le dire, très peu respecté chez nous. Alors au cours de cette rencontre, il s’agissait  aussi de faire appel à nos services de police pour qu’il sache se comporter en cas de découverte d’un corps sans vie », a-t-il précisé.

Après avoir pris part à la rencontre, le chef de la section régionale de  l’OPROGEM Saradine Diallo et le commandant de la gendarmerie routière de Kankan Alfred Dopavogui, ont apprécié cette initiative du procureur et promis de veiller désormais au respect strict des normes.

« Nous sommes satisfaits de cette rencontre. Elle nous a permis de bien nous rappeler de nos prérogatives et nos méthodes de travail. Ces nouvelles données que nous venons de recevoir nous permettront de réactualiser nos méthodes de travail, pour qu’elles obéissent désormais aux normes en vigueur dans le code de procédure pénale », ont-ils rassuré.

Enfin, il faut signaler que les grands absents de cette rencontre étaient les agents de la brigade de recherche.