Justice – Dubréka : cinquante affaires criminelles à éplucher par le naissant tribunal

0
1114

Récemment érigé en tribunal de première instance, la juridiction préfectorale de Dubréka a lancé ce lundi le jugement de ses premières affaires criminelles. La cérémonie délocalisée dans la Maison des jeunes de Dubréka a connu la participation des autorités locales dont le préfet  Younoussa Sylla dit Le Bon. Le ministre de la Justice s’est fait représenter par Lansana Kadialy Touré, l’avocat général près la Cour d’appel de Conakry.

Dans cette salle de la Maison des jeunes remplie de monde, le président du tribunal Ibrahima Sory I Tounkara a annoncé qu’une cinquantaine de dossiers vont être jugés à l’occasion de cette première section criminelle du tribunal de première instance de Dubréka. « Au nom des membres du tribunal de première instance de Dubréka que j’ai la lourde charge de présider, je voudrais rassurer la population de Dubréka, soif de justice, de l’application stricte et rigoureuse de la loi durant cette section », a voulu rassurer le président du tribunal. Il a poursuivi en disant : « Aux accusés et aux  autres parties, nous donnons la garantie du respect à la lettre des principes régissant un procès pénal, tenant compte de l’ensemble de vos droits, notamment le principe d’un procès équitable, celui de la présomption d’innocence, celui du contradictoire et surtout du principe sacrosaint du droit à la défense…A l’issue des travaux, nous nous efforcerons à ce qu’aucun innocent ne soit condamné, mais aussi qu’aucun coupable ne soit épargné ».

En lançant cette section criminelle, c’était également le lieu pour Ibrahima Sory Tounkara  de remercier le ministre de la Justice pour ses « nombreux efforts permettant de juger les affaires criminelles dans des délais raisonnables dans l’ensemble des juridictions de la République ». Pour le magistrat, ces efforts sont certes importants et signifiants, mais restent encore insuffisants. « C’est pourquoi, nous lui soumettons une doléance (à Me Cheik Sacko) à l’occasion de l’ouverture solennelle des audiences criminelles de Dubréka. C’est celle de nous aider à avoir un palais de justice digne de ce nom, car celui existant ne répond plus aux normes compte tenu de l’accroissement de la population de Dubréka et l’extension des  compétences matérielles de notre juridiction », a dit le président du tribunal qui a quand même réussi à transformer l’aspect du tribunal.

Avant le président du tribunal, le procureur de la République Mohamed Lamine Diawara s’est lui aussi réjoui de l’ouverture des audiences criminelles tout en soulevant les difficultés de sa juridiction. L’insuffisance des unités de protection ainsi que des moyens conventionnels mis à leur disposition, la présence dans les prisons de Conakry et Kindia de la plupart des accusés à juger à Dubréka…sont entre autres problèmes qui ont été évoqués  par le procureur.  « Il convient de rappeler aux citoyens et citoyennes de Dubréka l’existence de l’Etat de droit et la gratuité du service public de la justice de sorte que la population se dissocie de cette pratique de se rendre justice qui est une infraction pénale au même titre que le vol… », a rappelé le procureur dans son discours.

Pour sa part, le représentant du ministère de la Justice a appelé les magistrats à plus d’impartialité dans le jugement des dossiers criminels. « Le respect à l’endroit de la justice y dépend », estime-t-il. Aux populations de Dubréka, il les a appelées à respecter les décisions de justice et à permettre qu’elles soient exécutées…