Justice – TPI Mamou : ouverture du procès de l’attaque de Pita

janvier 3, 2019 2:13

Cinq mois après l’attaque à main armée dans un magasin à Pita, le procès des accusés s’est ouvert en audience criminelle au tribunal de première instance de Mamou ce mercredi 2 janvier 2019.

Ousmane Diallo, Mamadou Malal Bah, Sidiki Camara, Mamadou Hafiziou Diallo, Alpha Saliou Barry alias Balla et Ibrahima Barry alias Moussa (en fuite) sont poursuivis pour vol à main à armée, association de malfaiteurs et détention illégale d’armes et de munitions, faits prévus et punis par les articles 373, 374, 381, 784, 785 et 848 du code pénal.

L’attaque s’était produite au marché de Pita le jeudi 9 août 2018 à 13h. Une forte somme d’argent avait été emportée.

A la barre, Mamadou Hafiziou Diallo, libéré le 2 mars 2018 à la maison centrale de Conakry après voir passé 8 ans, a reconnu les faits qui lui sont reprochés. Il indique que c’est Ibrahima Barry qui lui a fait appel de Conakry pour se rendre à Pita. Il dit qu’il n’a joué que le rôle de chauffeur ce jour. Il a précisé que ce sont deux fusils qui ont été utilisés (un de fabrication locale « bailondiarama » et un PMAK) avant de se  rétracter sur la présence des armes à la réponse d’une des questions de l’avocat.

Mamadou Saliou Barry alias Balla mécanicien chauffeur a reconnu les faits. « C’est Dieu qui nous a attrapé. Je remercie Dieu car je ne suis pas mort sur les lieux de mon arrestation. On m’avait tiré dessus. Je pense qu’avec le repentir, Dieu va me pardonner », lance t-il avant de dire qu’il n’est pas mêlé dans l’affaire de vol.

Ousmane Diallo a, quant à lui, reconnu avoir braqué, en compagnie de Ibrahima et Joe (tous en fuite), à Kipé un véhicule Rav 4 avant d’aller à Pita attaquer le magasin. Ils avaient trouvé 20 millions de francs et un téléphone dans le véhicule. A Pita, ce sont quatre personnes (Ousmane, Hafiziou, Ibrahima et Joe) qui ont attaqué le magasin. Ils ont pris deux sacs, une valise et un sac à dos remplis d’argent. Après l’attaque de Pita, l’argent a été partagé au cours de leur fuite à Porédaka ; Ousmane, lui, indique qu’il a reçu 27 millions de francs, 150 dollars et 100.000 FCFA.

Mamadou Malal Bah résidant à Dalaba, a rejeté les faits portés contre lui. Il a indiqué qu’il est venu à Dounet pour des soins à la pharmacopée chez Kaou Bhoyi. Pendant qu’il quittait sur une moto de Dounet pour Dalaba en passant par Soumbalako, il a rencontré les agents de la sécurité qui ont retrouvé 20 millions dans son sac, une somme, dit-il, représentant la vente de son véhicule de marque Nissan Almera, de sa moto TVS, son congélateur et son matelas.

Sidiki Camara alias Ivoirien, pour sa part, indique qu’il n’est pas mêlé à cette attaque. Il dit que c’est lorsqu’il était en partance pour Macenta qu’il a pris Mamadou Saliou Barry alias Balla à Kindia pour Mamou. Arrivés à Mamou, Balla lui a payé le transport (25000 GNF) avant de disparaître. Sidiki Camara a ensuite garé son véhicule à la station Shell du quartier Madina pour se reposer et rencontrer sa copine, une dame mariée à Mamou. Après l’attaque de Pita, aux environs de 19h, il a été interpellé suite à une dénonciation de Balla. Dans la voiture de Sidiki Camara, il y avait 2 millions 500 mille FCFA, 300 dollars et 6 millions de francs guinéens.

L’audience a été reportée au 23 janvier prochain pour la suite des débats.