Justice: un syndicaliste placé sous contrôle judiciaire

septembre 4, 2018 4:33
0

Le syndicaliste Amara Mansa Doumbouya a bénéficié ce mardi 4 septembre d’une liberté provisoire après avoir été entendu par le Procureur général près du TPI (Tribunal de Première Instance) de Dixinn. Il a été mis à la disposition de son avocat. Son audition va se poursuivre ce mercredi.

 L’information a été donnée par Mohamed Bangoura, secrétaire chargé des documentions et presse du SLECG (Syndicat Libre des Enseignants-Chercheurs de Guinée).

 «Lors du baccalauréat session 2017-2018, avec la précipitation qu’a connu l’organisation des examens de fin d’année, une élève a été omise au sein de l’établissement de notre Mansa Doumbouya. Cependant, il y a reçu des numéros matricules dont les titulaires n’existaient pas dans son établissement. Face à la situation, son chef d’établissement a officiellement écrit une demande au service d’examen pour qu’il attribue un PV à la fille.  Celle-ci a composé avec un PV et le service des examens était chargé de changer sa filiation. Effectivement, la fille a décroché son examen. Quand elle est venue pour se faire inscrire à l’orientation, les gens ont commencé à dire qu’elle vient de l’école d’Amara Mansa Doumbouya. Aussitôt, le chef de cabinet du ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation s’est saisi du dossier. Je rappelle que ce n’est pas un cas de substitution. C’est la fille même qui a réussi à décrocher son examen. On refuse de l’orienter tout simplement parce qu’elle est venue d’une école dont le fondateur est un syndicaliste du SLECG.  Vu le temps très court qui a caractérisé l’organisation des examens de fin d’année, le service examen n’a pas pu bien corriger toutes les anomalies qui lui a été remontées…», a expliqué M. Bangoura.

Il faut par ailleurs rappeler que les négociations entre SLECG et Etat ont été suspendues ce mardi suite à l’arrestation de ce syndicaliste.