voir Plus
    lundi, 19 avril 2021
    32 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    Kankan : après la mort d’un commerçant, les autorités instaurent des patrouilles nocturnes

    L’insécurité avec ses corolaires d’assassinats continue de plus belle à Kankan. Dans la nuit du 14 au 15 octobre, c’est Alpha Isssiagha Diallo, un jeune commerçant qui a été tué par des inconnus armés de fusil automatique au quartier Bordo-Hamdallaye, communément appelé Mobil.

    Selon certains témoignages, c’est aux environs de 20 heures GMT que le défunt a été appelé par ses meurtriers au téléphone pour un entretien. Une fois arrivé devant ses bourreaux qu’il semblait connaitre, Issiagha a été dépouillé de ses téléphones et de sa moto avant d’être tué. C’est sur le chemin pour l’hôpital régional de Kankan que Alpha Issiagha a rendu l’âme des suites de ses blessures. Ses meurtriers quant à eux ont pris la poudre d’escampette avec les deux téléphones et la moto de marque TVS Star 125. »

    Le corps de Alpha Issiagha Diallo à la demande de sa maman, a été ramené à Soumbalako, dans la sous-préfecture de Dounet (Mamou) où il a été enterré. Le défunt était marié à deux femmes et père de six enfants.

    Avec cet énième meurtre, c’est une véritable psychose qui s’installe chez les populations de la ville de Kankan et environs. Car, il y a à peine deux semaines, des bandits armés ont braqué un autre commerçant dans sa boutique de produits cosmétique, tuant le jeune camarade Oumar Doumbaya.

    C’est pour endiguer le phénomène d’insécurité galopant à Kankan et rassurer les populations que les autorités ont instauré depuis quelques jours, des patrouilles nocturnes à travers la ville.

    Des jeunes dans les quartiers commencent aussi à s’organiser pour, dit-on, épauler les forces de défense et de sécurité dont les effectifs semblent assez insuffisants.

    En attendant la suite de ces opérations de patrouille nocturne visant à traquer les bandits armés qui semblaient régner à Kankan à travers des attaques meurtrières en toute impunité, les populations vivent de plus en plus dans la peur.

    À LIRE AUSSI

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    PUBLIREPORTAGE