Kankan: après les émeutes anti délestages, la population déclare sa flamme pour les jeunes frondeurs

0
1373

Kankan, la deuxième ville du pays et bastion historique du RPG Arc-en-ciel, le parti au pouvoir, a été mardi dernier le théâtre de violentes émeutes contre les délestages. Même si la tension est depuis retombée, faut-il remarquer que les habitants et plus particulièrement la couche juvénile n’en démord point. Loin s’en faut. Elle reste résolument engagée à mettre définitivement fin au règne de l’obscurité dans la cité de Nabaya.

Quarante-huit heures après ces violences, la Rédaction locale de Guinéenews basée sur place a réalisé un micro trottoir avec quelques citoyens qui, tout en dénonçant les délestages, ne manquent pas d’exprimer leur sympathie pour les jeunes qui ont été le fer de lance de ces manifestations. Lisez plutôt leurs réactions :

Mohamed Cherif, domicilié au quartier Salamani : « Kankan devait faire cette manifestation depuis longtemps. On a trop retardé. Depuis 2015, on aurait dû sortir pour dire la vérité à Alpha Condé et son gouvernement. Mais comme on dit, il n’est jamais tard pour mieux faire. C’est pourquoi, moi je suis très satisfait de cette manifestation »

Pour sa part, Sanassy Condé du quartier Kabada1, absent des manifs du mardi, promet de grossir les rangs des frondeurs pour la prochaine fois. « La manifestation du mardi était vraiment citoyenne. La réclamation des jeunes, n’est pas politique. C’est pour le bonheur de toute la population.  Alors la prochaine fois qu’ils sortiront, je serai de la partie « , a-t-il promis.

Sidikiba Kaba, prestataire de services informatiques au marché Diaka dans le centre-ville, tresse des lauriers pour les émeutiers.   « Cette manifestation a été une bonne chose. Parce que la desserte électrique à Kankan est déplorable. Je prends l’exemple sur moi-même, depuis avant-hier je n’ai pas de courant. Il faut reconnaître que ces jeunes se battent pour nous tous. » a-t-il lancé.

De son côté, Mamadi Kaba, l’un des conseillers communaux, s’il n’est pas opposé aux manifestations, il souhaite tout de même qu’elles soient pacifiques : « personnellement, je ne condamne pas cette manifestation. Mais la seule chose que je puis leur conseiller, c’est de pacifier leur manifestation en s’éloignant du vandalisme. »

Propos recueillis par Cheick Sékou Berth pour Guinéenews