Kankan : Des élèves, mécontents, expriment leur colère contre la nomination d’un haut responsable du lycée Marien Ngouabi

0
463

Matinée de trouble ce lundi 9 mars 2020, au lycée Marien Ngouabi de Kankan. Plusieurs centaines d’élève de cet établissement scolaire situé au quartier Sogbè dans la commune urbaine ont manifesté leur raz-le-bol pour dire non à la nomination de l’ex-chargé a l’orientation dudit lycée, Lanciné Sidibé, au poste de censeur.

C’est dans les environs de 8 heures 30, ce lundi matin, après la montée des couleurs, que des pierres ont commencé à pleuvoir dans l’enceinte de ce mythique établissement scolaire de la place.  Amara Keita est le président du comité des élèves Il revient ici sur les raisons de ce vent de contestation qui s’est propagé dans la cité.

« Comme d’habitude, des éléments du comité étaient en poste devant la porte pour empêcher les retardateurs d’entrer. Ce lundi, les élèves qui étaient dehors, se sont révoltés. Je suis venu tenter de les calmer. Ils étaient insaisissables et scandaient qu’il n’y aura pas cours. Ensuite, ils ont commencé à jeter des cailloux. C’est ainsi que d’autres s’y sont mêlés et la panique s’est emparée de l’enceinte », a-t-il expliqué.

Sous couvert d’anonymat, l’un des manifestants, explique pourquoi ses camarades et lui, ne digèrent pas la nomination de Lanciné Sidibé à la tête du censorat de leur lycée.

« C’est cause de la nomination de M. Sidibé qui est venu remplacer Abou presse,  comme censeur qui nous révolte. Ce dernier aime trop l’argent. Il dit que tous ceux qui n’ont pas leurs noms sur la liste des candidats doivent payer chacun 1OO mille francs guinéens Alors qu’Abou presse ne faisait pas ça.  S’il continue d’agir ainsi, il sera mieux qu’Abou presse revienne. En tout cas, Sidibé a trop exagéré. On ne veut plus de lui » martèle-t-il.

Dans la foulé,  ce sont des pick-up de la police  qui arrivent sur le lieu et ont dispersé  à coup de gaz lacrymogènes les élèves  contestataires. Ces affrontements ont fait plusieurs blessés dont certains grièvement.

A noter que c’est la deuxième fois cette année que la nomination d’un censeur dans ce lycée est violemment contestée par les élèves.