Kankan : Deux bâtiments consumés avec des dégâts matériels importants

0
632

Les incendies sont de plus en plus récurrents dans la commune urbaine de Kankan. Dans la nuit du dimanche, un incendie s’est déclaré au quartier Morioulen Farako, dans la commune urbaine de Kankan.

Trois bâtiments et leurs contenues sont partis en fumée. Pas de perte en vie humaine, mais les dégâts matériels sont énormes.

Selon les victimes, membres d’une même famille rencontrées sur le lieu du sinistre, ils sont près d’une vingtaine de personnes à se retrouver sans abris. Sept motos et une somme de 45 millions GNF ont été consumées par les flammes.

Un court-circuit, serait à l’origine de ce drame. Mamady Souaré l’un des pères de famille explique comment ce drame est survenu : « C’est aux environs de 02 heures du matin que je me suis réveillé. Car j’ai entendu un cri.  Je me suis levé et j’ai vu la fumée sortir de mon plafond.  Nous sommes tous sortis, on a vite alerté les sapeurspompiers, ils sont venus et ils ont fait quatre tours. Mais malgré leurs efforts et l’aide du voisinage, ils n’ont pas pu éteindre le feu. »

« C’est le courant d’EDG qui est à la base de cet incendie. Parce qu’on s’est couché et le courant était chez nous. La tension n’était pas vraiment au top. Par rapport aux dégâts, il y a eu des dégâts importants: 7 motos, 21 chambres, deux salons et une somme de 45 millions GNF sont partis en fumée/ Mais Dieu merci, il n’y a pas eu une perte en vie humaine », témoigne-t-il dépité.

La situation n’a pas laissé les autorités locales indifférentes. Le préfet Amara Lamine Soumah était ce matin au lieu du sinistre. Il est venu apporter son soutien aux victimes : « C’est la désolation totale, quand une telle situation arrive. Je me mets à la place des victimes et j’ai les larmes aux yeux. Heureusement, il n’y a pas eu de perte en vie humaine. Je remercie le voisinage pour leurs efforts. Je vais faire part au maire et à monsieur le gouverneur qui m’ont mandaté de venir partager la compassion avec la famille victime, pour lui montrer que l’Etat est organisé. Nous avons un service préfectoral qui s’appelle coordination préfectorale de l’action humanitaire. Je vais prendre les images et les envoyer à Conakry et faire l’inventaire de tout ce qui est perdu. Nous allons faire un dossier pour qu’on aide la famille », a-t-il promis.