Kankan: Faute de moyens, les barrages sanitaires à l’entrée de la ville démantelés

0
1153

Érigés aux différentes entrées de la ville en vue de pouvoir freiner des éventuels cas de Coronavirus en provenance des autres localités, cela fait plus de deux (2) semaines maintenant que les barrages sanitaires n’existent plus dans cesdits lieux. Ils ont complètement disparu. Tel est le constat qui prévaut aux differents points d’entrées de la ville que nous avons sillonnés ce jeudi 25 juin 2020.

A commencer par celle de l’axe Conakry-Kankan à celle de Kissidougou-Kankan en passant par Mandiana-Kankan, Kérouané-Kankan ou encore Siguiri-Kankan,  le consat est le même à ces cinq  (5) principales entrées du Nabaya.

Fabou Koulibaly, le chargé de la communication de l’ONG Coalition des Patriotes pour l’Eradication du Coronavirus (COPEC) à  l’initiative de l’installation de ces barrages sanitaires, il y a quelques semaines, nous relate les causes de leurs disparitions.

« Nous avons levé les barrages parce qu’on n’a plus de moyens. C’est nous qui avons pris l’initiative de nous-mêmes pour mettre ces barrages en place au niveau des 5 rentrées de la ville, pour empêcher que Coronavirus n’accède à la ville de Kankan. A ces barrages sanitaires, on prenait la température des entrants et on les faisait se laver la main etc.

Mais depuis deux mois, nous sommes en train de travailler dans le bénévolat, sans avoir un soutien de la part de  quiconque. Aujourd’hui nous sommes à bout de souffle. On n’a plus les moyens donc on n’a jugé utile de lever les barrages. Parceque tout simplement nous n’arrivons plus à les entretenir », a-t-il expliqué.

Conséquence, chaque jour, ce sont des milliers et des milliers de véhicules bondés de passagers en provenance de partout qui entrent et sortent  à longueur de journée  sans aucun contrôle de routine pour savoir s’ils ne transporteraient pas des éventuels personnes contaminées par le virus.

C’est d’ailleurs ça, l »inquétude de Lanciné Touré,  résident  au quartier Missiran, précisément en bordure de l’axe Conakry-Kankan.

« Avant, les barrages sanitaires existaient ici sur la route. Le  contrôle était de rigueur. Nous sommes restés dans ça. On a appris que les contrôleurs se sont disputés avec certains travailleurs d’une usine de la place. Depuis lors, ils ne viennent pas. Cela fait  plus de 10 jours. Maintenant nous sommes là,  les voitures viennent remplies de gens en provenance de Conakry,  Coyah , Kindia etc. C’est seul Dieu qui nous protège.  Sinon en vérité, on est très exposés à la merci d’une contamination. Qui sait, peut-être même qu’on est envahi par le virus sans le savoir. Puisque nombreux sont les cas qui ne sont pas notifiés à travers le pays », a-t-il soutenu avant de demander aux autorités, de faire en sorte que ces points de contrôle puissent réapparaître.

« Il faut absolument faire revenir ces barrages sanitaires.  Parce que cette affaire de pandémie ne concerne pas une seule personne, c’est pour préserver la santé de tout  le monde, donc les autorités feraient mieux de ne pas négliger cela. Ce sont nos vies à nous tous qui  sont en jeu. Alors, j’insiste à le dire, il faut pour l’amour du ciel reprendre ces contrôles de routine», a-t-il ssollicité.

En attendant donc de savoir si les cris de coeur que lancent les citoyens seront entendus ou pas, il y a lieu de rappeler quand même que c’est après qu’un cas confirmé de COVID en provenance de Conakry, ait été retrouvé au mois d’avril dernier à Kankan que la mesure d’installation des barrages sanitaires aux differents points d’entrée de la ville, avait été prise.